Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Comment soigner la luxation de la rotule chez le chien ?

Chez les chiens, la luxation de la rotule est une pathologie fréquemment rencontrée. Elle est généralement diagnostiquée chez les chiots. Elle est plus ou moins invalidante en fonction du stade de la maladie. A ce sujet, il suffit de remarquer si votre chien boîte, parfois d’une patte arrière.

La rotule est un os situé à proximité du tendon du muscle quadriceps. Celui-ci coulisse au contact du fémur dans une fosse osseuse située dans l’articulation du genou. La rotule, située plus bas au niveau du tibia, est rattachée par un tendon. L’ensemble, dans un alignement parfait, permet de réaliser des flexions et extensions du genou. La rotule peut sortir de son logement lors des mouvements de flexion/extension du genou. On dit qu’il y a luxation.

Elle peut se faire vers l’intérieur du genou, c’est le cas d’une luxation médiale. Quand elle se dirige vers l’extérieur, c’est la luxation latérale. Elle peut être permanente ou occasionnelle, réductible ou non, coercible ou non. C’est à partir de ces divers aspects que les luxations sont classées par grade. Ainsi, le grade 1 est le moins grave. Quant au grade 4, c’est le stade le plus grave. A ce stade, il est difficile de remettre la rotule en place. Cela peut entraîner une déformation de la patte. La luxation de la rotule pour les chiens peut entraîner une boiterie. Il se peut que la rotule sorte de la trochlée fémorale. Le membre reste en flexion et le chien boitille.

La luxation congénitale est la plus fréquente, parce que la trochlée est peu creusée chez les animaux atteints. Elle survient entre 3 et 9 mois, majoritairement chez les petits chiens (caniches, bichons, yorkshires, chihuahuas). Elle peut aussi atteindre des chiens de race plus grande avec une luxation latérale seulement. La luxation de la rotule vers l’extérieur atteint plus rarement les chiens de race, comme l’akita inu ou le labrador. Il existe également des luxations d’origine traumatique, dues à un accident ou à un traumatisme au niveau du genou du chien. Elles sont assez fréquentes, surtout si le chien court très vite et tourne ou freine brutalement. Il se peut aussi que la luxation puisse être due à des anomalies d’aplomb des os de la cuisse et de la patte. Cependant, la cause précise de la cette affection reste encore imprécise chez la majorité des chiens. Il se peut que la rainure fémorale dans laquelle se trouve normalement la rotule soit peu profonde. Elle est absente chez les chiens présentant une luxation patellaire ou une dislocation non traumatique. Ainsi, la luxation patellaire non développementale n’est plus à considérer comme une maladie isolée du genou. C’est en effet la conséquence d’une anomalie squelettique assez complexe. Elle affecte l’alignement global du membre. Elle peut inclure une déviation de la crête tibiale, la proéminence osseuse sur laquelle le tendon de la rotule se fixe sous le genou. Enfin, il se peut que le ligament patellaire soit trop long.

Certains chiens présentant une luxation de la rotule ne manifestent aucun symptôme. Par contre, d’autres présentent une boiterie marquée, avec des fois une suppression de l’appui du membre. La boiterie peut disparaître assez rapidement. Au début, le chien boite de façon partielle. Puis, la boiterie peut aussi devenir plus fréquente et plus marquée. Le problème peut affecter les deux pattes à la fois. Les signes associés à la luxation de la rotule varient donc grandement selon la gravité de la maladie.

La luxation de la rotule peut être détectée accidentellement par le vétérinaire, lors d’un examen physique de routine. Pour la plupart de chiens atteints de cette maladie, la boiterie se manifeste de manière intermittente. Ils peuvent être vus en train de secouer ou étendre la patte avant de retrouver son plein usage. Plus la maladie progresse en durée et en sévérité, plus la boiterie deviendra fréquente et permanente. Pour les chiots ayant une luxation de la rotule médiale sévère, les pattes arrières présentent souvent un aspect arqué. Cela s’aggrave avec la croissance. Quant aux chiens de grande race atteint d’une luxation patellaire latérale, ils peuvent présenter une apparence de genou renversé. C’est donc un signe parmi tant d’autres.

Le diagnostic de la luxation patellaire repose essentiellement sur la palpation d’une coiffe éventuellement instable du genou à l’examen orthopédique. Des tests supplémentaires sont nécessaires afin d’identifier les conditions pouvant être associées à la luxation. Ils aident le vétérinaire à recommander le traitement approprié. La palpation du genou peut se dérouler sous sédation pour permettre une évaluation des dommages subis par les ligaments. Selon la gravité, des radiographies du bassin, du genou et du tibia peuvent être faites pour évaluer la forme des os de la patte. Une tomodensitométrie tridimensionnelle peut également fournir une image des caractéristiques du squelette de l’ensemble des pattes arrière. La technique peut aider le vétérinaire à planifier une chirurgie éventuelle.

Le traitement conservateur de la luxation de la rotule peut se faire sans intervention chirurgicale. Il consiste en une mise au repos du chien. Cependant, deux complications peuvent apparaître : l’apparition d’une arthrose et la rupture des ligaments croisés. Pour éviter cela, il faut procéder à un traitement chirurgical pour remettre en tension la capsule articulaire de la rotule. Le traitement médical est plutôt réservé aux formes peu graves. Le vétérinaire associe le traitement à un rigoureux contrôle du poids.

Après la chirurgie, il faut insister sur le fait que le chien doit être calme. Il ne doit pas faire trop d’efforts physiques. Il est préférable de le sortir en laisse juste pour qu’il fasse ses besoins. En effet, la limitation stricte des activités est nécessaire afin de permettre la cicatrisation osseuse et celle des tissus mous. Il est donc interdit de courir, sauter, jouer, etc. Les chiens commencent souvent à utiliser le membre opéré dans les jours suivant la chirurgie. La période de guérison totale est généralement comprise entre deux à trois mois. Le chien est autorisé progressivement à reprendre une activité normale, selon les consignes du chirurgien. A cet effet, la physiothérapie est un élément clé dans la reprise de l’activité en douceur et permet une amélioration du confort, en encourageant une utilisation normale du membre. Elle permet également de maintenir le niveau de la masse musculaire. La physiothérapie commence en général 7 à 14 jours après la chirurgie, et peut inclure des exercices à la maison ou des rendez-vous avec un professionnel de la réadaptation. Au bout de quelques semaines, le chien peut être un peu plus libre de ses mouvements, mais il faut veiller à ce qu’il ne force pas trop sur son genou.

Enfin, la rééducation fonctionnelle permet une bonne récupération, lorsque votre chien vient de subir une opération correctrice de la luxation du genou. Elle vise à soulager la douleur, les conséquences de l’inflammation, de l’immobilisation. Son objectif est de rétablir dans les meilleures conditions les facultés locomotrices du chien.