Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Comment prendre la température de son chien et de son chat ?

Certains propriétaires se fient au constat de la truffe d’un chien ou d’un chat pour savoir si leur animal de compagnie est fiévreux ou non. Mais cette mesure peut dépendre de l’environnement ou des exercices physiques que l’animal a faits. Pour la petite histoire, on doit à la maladie de carré l’origine de cette croyance de « nez chaud ». En fait, pour confirmer le véritable état général d’un chien ou d’un chat, il est indispensable que l’animal soit ausculté par le vétérinaire. A défaut il peut apprendre comment prendre la température de sa petite boule de poils avec le thermomètre et comment interpréter le résultat par la suite. Cet acte est relativement simple.

Pour commencer, sachez d’abord que la température normale de votre petit compagnon doit avoisiner 38°C à 39°C environ. La moyenne se situe donc à 38,5°C. Par ailleurs, il importe de savoir que la température peut varier selon les activités de l’animal et les conditions climatiques ou les changements météorologiques. La température d’un chien ou d’un chat au début de la matinée peut se situer dans les 37,8°C puis à midi, elle mesure à 38,5°C, sans que l’animal se sente mal. En principe, si la température du chien ou du chat dépasse le 39°C, il pourrait être fiévreux. Et si elle est au-dessous de 38°C, il pourrait être en hypothermie. Mais la température ne suffit pas en elle-même de déterminer l’état de l’animal. Car s’il vient de faire des exercices physiques, ou s’il vient de dormir sur le carreau de la cuisine pendant des heures, ou s’il est stressé, la mesure donnerait des chiffres au-dessous ou au-dessus de la norme. Mais s’il n’a pas bougé de sa litière alors que sa température monte ou descende du chiffre indiqué, il y a lieu de s’inquiéter et d’aller chez le vétérinaire. Ce dernier est le seul habilité à déterminer si l’animal souffre d’une quelconque maladie ou non.

Pour mesurer la température d’un chien ou d’un chat adulte, il suffit d’introduire dans son anus le thermomètre électronique qu’on a préalablement lubrifié avec une goutte d’huile ou du savon. L’utilisation de thermomètre en verre est à déconseiller. Il en est de même pour le modèle frontal ou auriculaire car leurs résultats sont peu fiables. Pour faire cette opération correctement, il vaut mieux être 2 personnes. Si l’animal est assis, le premier maintient l’animal et met ses mains autour du cou tandis que l’autre personne lève la queue de l’animal et insère délicatement l’appareil dans l’anus. Faites quand même attention à ne pas trop relever la queue de l’animal car il pourrait s’en sentir inconfortable. Si l’animal est en position couché sur le côté, la première personne tient sa nuque et ses pattes arrière tandis que l’autre personne prend la température de l’animal. En introduisant l’embout métallique, veuillez à ne pas le faire dépasser plus de 1 cm sur la partie colorée. Laissez l’outil quelques minutes dans le rectum de l’animal. Lors de cette prise de mesure, les gestes brusques sont à éviter car cela pourrait casser le thermomètre. Si la température du chien ou du chat descend au-dessous de 37,5°C, il convient de se rendre rapidement chez le vétérinaire car les causes d’une hypothermie peuvent être graves. Après la prise de la température, n’oubliez pas de laver l’appareil avec une compresse imbibée d’eau savonneuse.
Remarque : concernant la température normale d’un chaton ou d’un petit chiot, elle mesure dans les environs de 35,5°C. Ils peuvent maintenir cette température parce qu’ils tètent régulièrement le lait maternel, et parce qu’ils peuvent se chauffer en se blottissant contre les autres chatons ou chiots en cas de une nombreuse portée. Au-dessous de cette mesure, la vie du jeune chat ou du jeune chien pourrait être en danger. Il faut poser alors une petite bouillote dans leur panier ou allumer une lampe infrarouge pour le chauffage de la zone.
Il ne faut pas aussi prendre la température de son animal plusieurs fois dans la journée. Comme on l’a déjà dit, les données peuvent être sujettes à des variations et l’animal finira par en devenir stressé et ne plus se laisser faire. En règle générale, dans cet acte, les chiens sont plus coopératifs que les chats ou d’autres animaux de compagnie.

Pour prendre la température d’un chien ou d’un chat, le vétérinaire peut utiliser 3 appareils. Chacun a sa spécialité. On peut retrouver par exemple le thermomètre digital souple. Celui-ci est doté d’un embout. Cela permet d’éviter la blessure de l’animal. Cet appareil est le moins coûteux et il est aussi le plus utilisé. Il existe également le thermomètre auriculaire qui permet de savoir la température de l’animal en introduisant l’outil par les oreilles. Pour ce, l’outil intercepte les rayons infrarouges dans le tympan et fait leur retranscription. Les données indiquées ne sont pas précises. Il existe une marge d’erreur sur la valeur réelle. Enfin, il y a le thermomètre infrarouge qui permet la prise de température de l’animal sans qu’on passe par l’anus, l’oreille ou le front. Le contact direct n’est pas nécessaire. Il suffit seulement de diriger le thermomètre vers le flanc du chat ou du chien pour obtenir les données qui contiennent également quelques marges d’erreur sur la température réelle. Cette méthode est à préconiser pour les animaux difficiles.

L’on retient dans cette phase d’interprétation le fait que plusieurs facteurs peuvent influer la température du chien ou du chat, outre la présence d’une maladie. La température d’un chien qui vient de courir faire sa promenade quotidienne ou d’un chat stressé à cause d’un congénère qui lui cherche toujours bagarre par exemple monte. Mais cela ne signifie pas que l’animal souffre d’une pathologie quelconque. Ainsi, si on voit des symptômes tels que l’abattement, l’agressivité, le changement de comportement (l’animal ne mange plus ou ne boit plus et se réfugie dans son coin), ou une négligence de toilette etc. il est conseillé de consulter rapidement le vétérinaire. La prise de température permet seulement de savoir s’il est dans un état de malaise ou non. En fait, la fièvre peut être de passage pendant un certain temps, puis la défense immunitaire et l’anticorps de l’animal entre en fonction et il résiste aux agents bactéries ou parasitaires. Mais pour éviter le cas où il ne guérit pas au bout de quelques jours et l’aggravation de son état, le recours à un vétérinaire est à recommander si l’animal montre des signes de baisse ou de hausse de température non justifiée. Dans tous les cas, il ne faut pas essayer de lui donner des médicaments destinés à alléger la fièvre humaine. Cela pourrait l’empoisonner.
Enfin, il est bon de savoir que les mutuelles animaux proposent des possibilités de remboursement d’une partie ou de la totalité des frais de dépenses chez le vétérinaire. Et ce grâce au paiement de cotisations par mois. Le propriétaire de l’animal aurait seulement à adhérer l’animal à la mutuelle qui répond aux conditions de remboursement et de prises en charge dont il a besoin.