Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Comment savoir si le chien est-il dominant ou dominé ?

Être dominant ou dominé est un profil comportemental que le chien a hérité des instincts grégaires de ses ancêtres lointains. En effet, au sein d’une meute, comme celle des loups, les rapports entre les membres sont régit par des codes hiérarchiques que chaque individu respecte scrupuleusement. Ce comportement, bien qu’ayant disparu petit à petit depuis la domestication des chiens par l’homme, est ancré dans leur gène que parfois. Il refait surface chez quelques individus.
Il est conseillé de déceler la présence de l’un ou l’autre de ces profils comportementaux chez le chien afin de parfaire son éducation ou son dressage. C’est aussi utile pour prévenir des éventuels désagréments qui peuvent résulter de ces attitudes peu ordinaires.

Imaginez que vous venez d’acheter un Berger d’Anatolie, une race réputée pour son courage et son instinct naturel de gardien et de défenseur. Une fois chez vous, votre imposant toutou de 70 kg émet un son plaintif et court se réfugier quand un inconnu entre et fait mine de le menacer. Dans la rue, il se réfugie sous vos jambes même quand c’est seulement un petit Jack Russel qui aboie après lui. C’est sûr que votre compagnon est beau et affectueux, mais pour ce qui est de garder votre propriété en votre absence, il ne faut pas y compter.
A l’inverse, vous pouvez avoir un Braque d’Auvergne qui sème la zizanie chez vous. Il dort où bon lui semble, attaque tous les autres animaux de la ferme, il se peut qu’il n’hésite même pas à se poster devant vous à l’heure du repas et perturbe vos repos quand ça lui chante. Il refuse vos ordres. Problème de dressage vous dites ? Oui, il a besoin d’une éducation ferme, mais ces comportements sont surtout instinctifs. N’empêche aussi que cela peut devenir dangereux pour les enfants ou pour vos hôtes.
Avec ces descriptions, vous devinez qui est le chien dominant et qui est le chien dominé. Cela peut vous aider à réajuster la façon dont vous allez le traiter. Justement, ces attitudes malencontreuses ne se révèlent pas de manière aussi évidente dès la naissance. Ce ne sont pas des caractères, ce sont des comportements. Ils se développent et s’installent au fil du temps, en fonction de genre de traitements que lui réserve son maître. Le chien peut être maltraité ou au contraire, il peut être habitué à obtenir tout ce qu’il veut.

Voici une série d’observations et de test à faire pour savoir vous-même si votre chien a un profil de meneur ou si c’est un soumis.
Vous avez déjà vu sur les documentaires sur les animaux qu’un animal qui se soumet se couche sur le dos. C’est pareil pour le chien sauf qu’il ne l’applique pas souvent dans sa vie d’animal domestique. Ce test de soumission peut vous aider à déterminer la position qu’un chiot et un jeune chien prendra. Faites coucher votre chiot sur le sol et placez-le sur le dos. Maintenez-le dans cette position avec votre main. S’il ne se débat pas au cours de 2 à 3 trois essais, il se pourrait bien qu’il soit un chien dominé, ou du moins un chien facile à dresser. Par contre, s’il se débat vivement et qu’il essaie de mordre ou de griffer, c’est un chien de nature dominant.
Ce prochain test est encore à réserver au jeune chien qui n’a pas encore reçu une éducation à proprement parler. Si au moment de lui donner à manger, le chien se patiente sagement que vous remplissez sa gamelle et attend que vous vous relevez pour manger, c’est aussi un chien qui va se soumettre facilement. Si au contraire, il se jette sur sa gamelle et qu’il ne prête pas attention à votre autorité, c’est un dominant.
A un moment, vous pouvez mettre en pratique cette observation. Regardez bien du côté de la gueule du chiot ou du chien quand il a peur, quand il se sente menacer ou lorsqu’il montre son antipathie vis à vis d’un inconnu ou d’un autre animal. S’il relève les lèvres sur les côtés pour montrer uniquement les crocs latéraux, c’est un chien soumis ou dominé. Par contre, s’il retrousse ses babies et exhibe ses crocs supérieurs de devant, c’est un chien à caractère dominant. Gare à celui qui ne fait pas attention à ses avertissements !

Déjà donc, en matière de chien de garde, il faut plutôt se fier aux chiens dominants. Pour les jeux d’adresse et d’agilité, le chien dominé est plutôt le plus facile à dresser. Si vous élevez plusieurs chiens, voici ce qui risque de se passer avec un ou quelques dominants dans la bande.
Le chien dominant est prompt à contrôler les allées et venues de chaque membre de famille et des visiteurs. Il choisit une position stratégique pour s’installer (en hauteur, à la place où il a une bonne vision du portail, etc.). Il aboie pour avertir.
Le chien dominant a pour règle de manger avant les autres. Dans ce cas, il est préférable de les séparer à l’heure du repas et de donner à chacun sa propre gamelle.
Le chien dominant se réserve également l’accès à la sexualité. S’il y a deux ou plusieurs mâles dominants dans la même meute, le conflit ne tardera pas à éclater.
Pour montrer sa nature dominatrice, un chien dominant n’hésite pas à faire des gestes qui vous paraissent déplacées. Il va, par exemple, lever la patte pour uriner à l’intérieur. Il peut mimer un acte sexuel avec des objets dans la maison ou même avec votre jambe. Il se met à décider qu’il est temps que vous jouez avec lui en vous apportant la balle. C’est tout le contraire d’un chien dominé qui ira rapporter la balle à chaque vous la lancer même s’il ne désire pas jouer.

Comme nous l’avons dit au début, la dominance ou la soumission n’est pas un tempérament. Il s’agit d’un comportement qui se développe au fil de sa croissance.
Le comportement dominateur se réveille quand le chien constate dès les premiers contacts entre lui et son maitre que ce dernier n’est pas du genre à s’imposer. Trop de débordement de tendresse, trop de laisser aller et voilà le chien qui se dit « c’est moi donc le chef de la meute ». Un maitre craintif transforme également son chien en protecteur. Il est limite agressif pour un rien. Ici, il faut remettre petit à petit le chien à sa vraie place, sans pourtant lui ôter son courage et son sens de la protection. Il faut l’éduquer petit à petit à vous obéir.
Un chien maltraité, qui subit des traumatismes, des mauvais traitements de son ancien maître devient naturellement un chien soumis. Il fuira à la vie des étrangers ou d’autres animaux. Le chien peut aussi développer sa nature soumise s’il a été trop choyé ou surprotégé. Il faut donc redonner confiance à votre chien en lui apprenant à faire face aux objets de sa peur, en l’encourageant et en le récompensant pour des gestes de hardiesse réussis.