Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

La maladie de Wilson chez le chien

Si un possesseur/éleveur de chiens constate qu’un de ses chiens est atteint de la maladie de Wilson, il lui est conseillé de l’écarter des autres animaux. Surtout de la reproduction au risque de reproduire des chiots porteurs. Si possible, il ne faut pas accoupler le chien atteint de maladie de Wilson à une chienne ou un chien (si c’est une femelle) sain (saine). Avant de savoir si votre chien est atteint, il s’agit d’avoir au moins quelques notions sur cette maladie.

Appelée toxico cuivrée, la maladie de Wilson résulte d’un désordre métabolique entraînant une accumulation de cuivre dans le foie. Au fur et à mesure que l’accumulation s’effectue, le cuivre devient toxique. Il y a une ressemblance entre la toxicose cuivrée qui atteint le chien et la maladie de Wilson chez l’humain. A noter que les chiens de la race Bedlington Terner sont les plus exposés à cette maladie, mais toutes les races ne sont pas à l’abri de l’accumulation de cuivre dans le foie.

L’accumulation du cuivre dans le foie d’un chien peut commencer dès l’âge de 6 mois. Il est toutefois quasi-impossible de reconnaître la maladie de Wilson, c’est-à-dire qu’aucun symptôme ne se manifeste généralement, jusqu’à l’âge de 4 ans, voire plus. Mais lorsque l’intoxication au cuivre devient de plus en plus importante, le chien commence à perdre du poids. Il présente une insensibilité. Il change de comportement et il présente une appétence. De temps à autre, le chien atteint de la maladie de Wilson vomit et émet quelques jappements de douleur. En effet, le chien peut souffrir de douleurs abdominales. Quand la maladie devient plus grave, c’est-à-dire que les cellules de foie sont détériorées, la jaunisse se développe.

Si vous, propriétaire de chien, voulez prévenir cette maladie ou tout simplement savoir si votre ou vos chiens sont atteints, vous pouvez faire faire un simple test ADN. En tout cas, dès que vous savez que votre chien adulte, ayant donné des chiots, est atteint, il est plus sage de ne pas accoupler cette progéniture à des chiens ou chiennes sains.

Le foie peut être touché par l’accumulation toxique de cuivre, il en est de même pour le système nerveux et la cornée. Le vétérinaire, à travers des analyses médicales, peut confirmer que vos chiens sont classés +/+ ou +/-, c’est-à-dire sans aucun signe de gène défectueux ou porteur d’un gène mais non affectés. Si le vétérinaire confirme que c’est -/-, les chiens ont certainement hérité de deux gènes récessifs (qui ne s’expriment pas). Lorsque le diagnostic du vétérinaire est réalisé à l’avance, la maladie de Wilson que contracte le chien peut être soignée, bien que ce soit une maladie héréditaire.

Sachant que l’accumulation de cuivre qui devient toxique dans le foie est la cause principale de la maladie de Wilson chez le chien, il est intéressant d’en avoir quelques notions. En effet, le cuivre est présent dans l’environnement (eau de surface, eau souterraines, eau de mer) et dans les domaines domestiques (notamment les aliments dont les abats, les noix, les grains et les fruits de mer). Certes, le cuivre représente un atout pour la santé humaine et animale et la carence en cuivre, qui est un oligo-élément, peut provoquer certaines maladies dont l’anémie. Toutefois, la concentration excessive de cuivre dans le foie du chien cause une toxicité hépatique et rénale.

Certains aliments sont riches en cuivre et notamment les aliments comme les noix, les grains, les fruits de mer et les abats. A faible dose, ces aliments sont bénéfiques. Les fortes concentrations de cuivre deviennent nuisibles. L’organisme excrète la surcharge de cuivre pour atténuer la toxicité, mais ce n’est pas généralisé car certains humains ou d’autres races de chiens ont une anomalie génétique d’où l’accumulation inévitable de cuivre dans le foie, puis dans d’autres organes. A cet effet, la maladie de Wilson est mortelle quand la dose toxique est atteinte.

Le traitement par l’administration de Chélateurs reste discutable sachant que le rôle du cuivre dans le trouble d’organisme n’est encore précisément connu. Il s’agit en effet de pratiquer le traitement symptomatique et de soutien en plus de l’utilisation d’immunosuppresseurs. Lorsque la maladie de Wilson se trouve à un stade avancé, le chien risque toujours de mourir en quelques mois même si le traitement est pris au sérieux. L’essentiel est de détecter précocement les signes cliniques de la maladie.

Chez le chien, il est possible de détecter 2 catégories de signes de l’intoxication, à savoir les signes recueillis suite à un examen clinique et les signes suite à des examens complémentaires d’histopathologie. Les chiens atteints de la maladie de Wilson peuvent présenter de la faiblesse, des vomissements, de dérangements gastriques et des déshydratations. Pour un maître de chien, il est impossible de déterminer l’origine d’une telle manifestation, d’où le recours au service d’un vétérinaire. Ce dernier est la seule personne spécialisée pouvant reconnaître des pics importants de cuivre à partir d’une analyse spectrométrique du foie.

En cas d’intoxication de cuivre chez le chien, il faut bien gérer la situation à 2 niveaux : à savoir au niveau individuel et au niveau de la race. Pour bien gérer individuellement le chien atteint de la maladie de Wilson, il s’agit d’aider le chien par un traitement symptomatique afin de réduire au maximum les apports en cuivre dans son alimentation et de favoriser l’excrétion du cuivre. Un traitement symptomatique utilise des anti-inflammatoires pour réduire les signes cliniques. Les vétérinaires indiquent parfois l’utilisation de la vitamine E qui représente une molécule antioxydant dans le but de stopper l’évolution des symptômes. Il faut aussi diminuer les apports en cuivre.

Pour l’autre niveau : il faut bien raisonner quand il s’agit d’accoupler les chiens. Il faut essayer de prendre connaissance de l’origine génétique de la maladie de Wilson contractée par les chiens.

Dès que le propriétaire du chien est informé que son animal est atteint ou porteur de la maladie de Wilson, il doit prendre conscience des aliments à éviter et des régimes à respecter. Obligatoirement, il faut éviter de donner au chien atteint de la maladie de Wilson des fèves légumineuses, des fruits à noyau, des céréales, des champignons, etc. Il faut éviter les friandises pour chien et l’eau provenant des robinets qui sont généralement fabriqués en cuivre. À la place, il est possible de lui faire boire de l’eau minérale en bouteille qui est pauvre en cuivre.

Il est recommandé de le nourrir de viandes de porc et de bœuf. Vous pouvez aussi opter pour du poulet en écartant les abats et en les transformant en salami ou en hot-dog. Si possible, vous pouvez lui donner du poisson, des produits laitiers, du riz blanc et des légumes suppléments sans cuivre. Il faut faire en sorte que le régime alimentaire n’apporte, au maximum que 1,2mg de cuivre pour 100 g d’aliment. Enfin pour prévenir l’absorption intestinale du cuivre, la supplémentation du Zinc par voie orale est indiquée. Il faut toutefois consulter le vétérinaire.