Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Mon chien a les gencives blanches – Que faire ?

Il est important de rappeler que les propriétaires de chien doivent inspecter régulièrement le corps de leur compagnon à quatre pattes et de rester attentif sur les changements de comportement de celui-ci. En effet, il ne peut pas exprimer par les paroles les douleurs ou les gênes qu’il ressent. Les gencives sont un des points à surveiller pour contrôler la santé de l’animal. Les gencives blanches sont le signe d’une maladie qui touche généralement le système sanguin du chien. Il faut dans ce cas prendre des dispositions et amener ce dernier chez le vétérinaire.

L’anémie correspond à la diminution de taux des hématies  (globules rouges) dans le sang. Cette insuffisance peut être due à la destruction des globules rouges (hémolyse) ou de l’insuffisance de leur production. Elle peut être également consécutive à la perte de sang. Ceci affecte la santé et la condition physique de l’animal puisque c’est l’hématie, par le biais de l’hémoglobine, qui transporte l’oxygène vers les différentes cellules de l’organisme. De plus, l’anémie est provoquée par une autre pathologie qui est souvent la cause d’autres problèmes de santé.
Les autres signes de l’anémie canine
Les gencives blanches sont les signes physiques évidents de l’anémie. Si le chien est en bonne santé, celles-ci doivent d’être de couleur rose. D’où également l’importance de vérifier régulièrement ces parties afin de détecter le moindre changement. L’anémie peut être confirmée si les symptômes suivants apparaissent :

  • perte de couleur de l’intérieur des paupières et parties génitales habituellement rose,
  • perte de poids,
  • manque d’appétit,
  • apathie,
  • fatigue chronique,
  • léthargie
  • palpitation,

Les maladies qui peuvent être à l’origine de l’anémie
L’anémie est d’origines diverses, il est plus pratique de classifier les causes en trois groupes différentes :

  • Les maladies qui provoquent la perte de sang

Bien que la blessure ne soit pas une maladie à proprement parler, c’est la cause la plus pertinente de perte de sang. Elle peut provenir d’un combat, d’un accident ou d’une plaie causée par un objet tranchant ou pointu. Le cas peut s’aggraver si le chien est victime d’une pathologie qui empêche la coagulation du sang. Il y a aussi les ulcères intestinaux et/ou gastriques provoqués par une intoxication ou un empoisonnement. Et enfin les problèmes de voies urinaires.

  • Les maladies responsables de l’hémolyse

La destruction de globules rouge peut être causée par le cancer du sang, les maladies auto-immunes, les produits chimiques et les toxines.

  • Les maladies qui réduisent la production des globules rouges

L’élaboration des hématies nécessite la présence de divers éléments tels que l’érythropoïétine (hormone d’origine rénale) et des cellules souches. Des maladies peuvent alors perturber la bonne marche du montage  en s’attaquant à des organes responsables de la production de ses éléments. Ainsi, le cancer de la moelle osseuse, l’hypothyroïdie, la suppression de la moelle osseuse, les maladies auto-immunes,   la malnutrition, la carence en nutrition sont des causes probables de la diminution de globules rouges. Quelle que soit cette cause, booster la production de l’hémoglobine ne suffit pas, la guérison ne peut être garantie que si les vraies ont été traités.

Il faut procéder par un test sanguin pour confirmer l’anémie. Dès l’apparition des signes cités ci-haut, il faut amener le chien chez le vétérinaire. Ce spécialiste de la santé animale peut recommander par la suite la réalisation d’une analyse sanguine au laboratoire. L’examen se fait de trois manières distinctes :

  • Analyse quantitative : pour déterminer le nombre de globules rouges et blancs dans le sang ainsi que le taux d’hémoglobine pour déterminer s’il y a ou non insuffisance.
  • Analyse qualitative : pour déterminer la présence de parasites ou de microbes dans le sang.
  • Ponction de la moelle osseuse : c’est un examen optionnel qui peut être effectué uniquement si on soupçonne d’autres pathologies.

Le traitement de l’anémie passe inévitablement par le traitement de la maladie responsable. Les infections parasitaires nécessitent un traitement antiparasitaire adapté, les maladies microbiennes doivent être traitées par des antibiotiques. La guérison de ces maladies peut être compliquée, voire impossible pour certain cas comme le cancer. Par contre, les carences alimentaires peuvent être rétablies par le rééquilibrage de l’alimentation de l’animal, et la perte de sang par transfusion sanguine.

La piroplasmose est une maladie parasitaire canine causée par la morsure de tique. C’est également une cause majeure de l’anémie mais compte tenu de sa gravité, elle mérite d’être discutée à part. Si elle n’est pas traitée à temps, la mort de l’animal est inévitable.
Qu’est-ce que la piroplasmose ?
C’est une parasitose grave, voire mortelle, causé par la prolifération dans le sang d’un parasite microscopique appelé Babesia Canis. Ce parasite est lui-même transporté par un parasite externe appelé tique. Les tiques sont des insectes suceurs de sang qui s’accrochent sur le pelage du chien et infestent les parties riches en vaisseaux sanguins (cou, abdomen, etc.). Elles se trouvent généralement en forêt, dans les buissons ou dans les hautes herbes à l’affût de mammifères poilus qui passent sur leur repaire. En mordant le chien, la tique va injecter la Babesia Canis dans la voie circulatoire sanguine du chien.
Comment se manifeste la piroplasmose ?
Le parasite infecte les globules rouges de l’animal et s’y multiplie. L’augmentation de nombre des parasites provoque l’éclatement de globules rouges. Ainsi, des parasites en plus grands nombres que le précédent vont coloniser d’autres globules et les faire éclater en multipliant et ainsi de suite. Au final, au fur et à mesure que les parasites se multiplient, la quantité des globules rouges détruits augmente. Cela  provoque trois problèmes :

  • la destruction à grande échelle des globules rouges qui provoque une anémie très grave ;
  • l’intoxication hépatique causés par l’arrivés des déchets des globules rouges détruits dans le foie. Cela peut générer des vomissements et des diarrhées ;
  • problème rénale que l’on peut identifier par la coloration des urines en orange, rouge, marron ou noire.

L’évolution de cette parasitose canine est très rapide et fait en sorte que les symptômes ne soient détectés qu’à un stade avancé de la maladie. Voici néanmoins les signes qui devront alarmer le propriétaire :

  • le chien devient apathique, il refuse de bouger et ne s’enthousiasme ni pour la nourriture ni pour le jeu ;
  • on trouve chez lui les signes habituels de l’anémie (gencives blanches, pâleur des muqueuse, fatigue, etc.)
  • l’animal peut avoir une forte fièvre et présente une température corporelle de 41 °C ;
  • Ses mictions sont de couleur foncée.

Comment traiter la piroplasmose ?
Le vétérinaire détermine le traitement à faire suivant la gravité de la maladie. Voici les méthodes curatives habituelles, elles sont efficaces si on les fait à temps :

  • injection de médicament qui détruit les parasites,
  • perfusion pour réhydrater le chien et lutter contre les problèmes hépatiques et rénaux,
  • transfusion sanguine pour compenser l’insuffisance de globule rouge,
  • repos et régime alimentaire adapté.

Peut-on prévenir la piroplasmose ?
Il existe un vaccin contre la piroplasmose mais il n’est pas efficace à 100 %. Néanmoins, il faut vacciner le chien entre son 4e et 5e mois. L’antiparasitaire est  le moyen les plus sûrs pour limiter le risque de morsure des tiques. Il s’agit de crème, de spray à appliquer régulièrement sur le corps de l’animal ou encore d’une médaille ou collier répulsif.