Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Quelles sont les maladies du sang qui affectent le chien ?

Différentes pathologies peuvent atteindre nos petits animaux de compagnie tels que le chien. Surtout s’ils n’ont pas été vaccinés ou s’ils vivent en pleine nature. Ces maladies, s’ils ne sont pas soignés à temps peuvent avoir des répercussions néfastes sur la santé et la longévité de vie de l’animal. D’une manière générale, des signes cliniques accompagnent souvent ces infections. Parmi les symptômes assez courants, il y a les maladies qui affectent le sang et le globule rouge de l’animal. Le point sur les signes d’alarmes et le traitement adéquat pour ce trouble cellulaire.

Ce sont des pathologies qui provoquent des modifications de la quantité de cellules de l’animal. Certaines de ces anomalies sont héréditaires, d’autres proviennent de l’infection parasitaire (sur la peau ou dans les intestins), d’une carence en fer en cuivre ou en vitamine B12, de tumeur, d’accident de transfusion sanguine ou d’un problème du traumatisme. Les cellules peuvent diminuer ou augmenter selon la nature de la maladie. Parmi les maladies du sang canin, citons entre autres l’anémie, l’empoisonnement, l’intoxication (qui produisent des problèmes de coagulation du sang), la piroplasmose, la parvovirose, la leptospirose et bien d’autres encore.

Les signes cliniques diffèrent selon la nature de la maladie. Pour l’anémie, à titre d’exemple, le chien perd du poids et d’appétit en même temps. S’il est normalement fougueux et adore les sorties quotidiennes le matin ou l’après-midi, il se fatigue inhabituellement et n’aiment plus bouger. Des palpitations ainsi que des muqueuses buccales, génitales ou oculaires peuvent apparaître. A noter que les manques de globule blanc du chien qui provoquent le saignement au niveau de la muqueuse gingivale etc. Rappelons aussi les ulcères intestinaux, les irritations du système urinaire peuvent également engendrer l’anémie à cause des saignements.
Concernant la coagulation sanguine, maladie causée par l’allergie aux antivitaminiques K, ou par la présence d’une grosseur tumorale ou d’une insuffisance hépatique, les signes de maladie sont assez nombreux. L’animal a des muqueuses pâles, sa peau peut montrer des petites lésions rouges ou des hémorragies. Le saignement peut être externe ou interne et s’accompagne de fièvre et d’essoufflement ou respiration accélérée même si le chien ne fait pas d’effort apparent. Il fait également signe d’anorexie ou de perte d’appétit et d’un état fiévreux dus à une disproportion des lymphes du foie et de la rate. Certaines races de chiens sont également prédisposées à l’hémophilie comme le berger Allemand.
Quant à la parvovirose connue sous le nom commun de la maladie gastro-entérite hémorragique, le chien souffre d’une diarrhée d’une odeur écœurante et assez caractéristique. Il peut également vomir ce qu’il a mangé. L’état du chien atteint par cette infection est fiévreux. A cause de l’attaque des virus aux globules blancs du sang, les défenses immunitaires du chien baissent. Cela entraîne un état d’abattement et une déshydratation. A noter qu’un chien peut attraper cette maladie mortelle et contagieuse dans un environnement extérieur pollué par les selles des canidés souffrant de virus parvovirus canin (CPV). Les animaux en animalerie ou en collectivités sont les plus sujets à cette pathologie.
Enfin la leptospirose, encore une autre infection sanguine causée par les bactéries, celle-ci est transmise par les urines ou au contact des animaux atteints de leptospire. Les manifestations de cette infection sont les suivantes : le chien souffre d’une fièvre aigüe qui est liée à des problèmes hépatiques ou rénaux. On peut également détecter des signes de gastro-entérite hémorragiques.
Cette forme d’infection nécessite l’intervention rapide d’un vétérinaire car la maladie non soignée peut dégénérer en insuffisance rénale chronique ou encore l’apparition de jaunisse.

Pour soigner les maladies du sang d’un chien, il importe d’abord de connaître les causes du dysfonctionnement. Evidemment, le recours à un vétérinaire s’impose car ce professionnel de santé est habilité à diagnostiquer efficacement les signes et à donner la prescription correspondante. S’il s’agit d’une maladie due par la présence de parasites dans les intestins tels que la piroplasmose, cela relève de traitements spécifiques à base de médicaments. Les injections, ou les perfusions ou les transfusions sanguines permettent de venir à bout de la maladie si celle-ci n’est pas à une phase avancée. Bon à savoir : la tique responsable de la propagation des parasites de piroplasmes dans l’organisme prend effet quarante-huit heures après la contamination. Au bout d’une semaine, les parties telles que le rein, le foie, voire le cerveau et le poumon du chien peuvent être atteints.
Pour l’anémie causée par les tumeurs, il n’y a que l’intervention chirurgicale pour enlever la grosseur. Le personnel du labo prélèvera par la suite une partie de la tumeur pour analyser s’il s’agit d’une maladie bénigne ou maligne.
Pour les autres maladies, les soins donnés par le vétérinaire consistent essentiellement à la prescription des anti-inflammatoires comme le corticoïde pour booster le système immunitaire de l’animal. Et en cas de lésion infectieuse causée par la leptospirose, il indiquera un traitement de quelques jours avec la prise des antibiotiques. Si le trouble du sang a trait à l’anémie, le professionnel de santé animale prescrira des vitamines ou de fer. La mise en place d’un régime alimentaire adéquat est également nécessaire pour accélérer le rétablissement d’un chien anémique.
Le vétérinaire peut également opter pour la transfusion sanguine afin d’apporter une quantité suffisante de globules rouges dans l’organisme du chien. Cette thérapeutie concerne notamment les troubles de l’hémostase. Comme il n’existe pas de banque de sang chez le vétérinaire, le propriétaire aurait à trouver un autre chien bien portant et en bonne santé pour lui donner du sang.
A rappeler que lors d’une maladie du sang, le vétérinaire peut procéder à un test de dépistage de sérologies avec la prise de sang d’un animal si les vaccins de celui-ci ne sont pas à jour. Si le chien a fait tous ses vaccins et ses rappels, il se contentera d’un test sur les selles pour identifier la présence d’une infestation.
L’hospitalisation n’est pas à exclure dans les cas graves, car le patient (le chien) devrait alors suivre plusieurs traitements comme les perfusions, les pansements des appareils de digestion, la prise des antibiotiques, voire la chirurgie s’il s’agit d’une tumeur. Le trouble de coagulation nécessite aussi la biochimie.
Pour la piroplasmose, la parvovirose, et la leptospirose, trois maladies mortelles qui peuvent provoquer la mort de l’animal au bout de quelques jours et d’une façon inattendue, il existe des vaccins pour contrer la forme mortelle de la pathologie.

Différentes causes peuvent provoquer la maladie du sang d’un chien. Outre les maladies héréditaires, il y a également les troubles à cause d’une diète insuffisante en certains principes vitaminiques. Sans oublier les infections, les infestations des tiques et d’une inflammation ou de problèmes de certaines parties de l’organisme de l’animal. Le traitement dépend de la maladie. Dans tous les cas, dès qu’un chien fait signe d’essoufflement et refuse de s’alimenter, ou il a des muqueuses jaunes ou pâles, ou il a l’air abattu, le recours à un vétérinaire est conseillé. La souscription à une mutuelle permet d’alléger le coût de l’intervention vétérinaire qui peut s’avérer onéreuse en cas d’intervention chirurgicale.