Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Qu’en est-il des ces maladies que l’assurance pour animaux ne prennent pas en charge?

La souscription à une assurance santé animale peut se montrer très avantageuse concernant le remboursement des frais médicaux et des dépenses vétérinaires. Cependant elle n’est pas obligatoire et dépend de la décision de son maître s’il veut ou non assurer son animal. Il est de ce fait aussi remarquable qu’il existe certaines races d’animaux à qui certaines maladies causent des affections dangereuses et semblent sensibles par rapport à d’autres. C’est là que l’assurance joue un rôle prépondérant. Il faut par cela aussi admettre que toutes les maladies touchant la race animale ne sont pas toutes prises en charge par la souscription à l’assurance animale. Pour mieux éclaircir le sujet, zoom sur ces maladies non couvertes.

Point sur le contrat d’assurance santé animale et les maladies assurées

Les assurances ou mutuelles animales (chiens ou chats) ne prennent pas à leur compte la charge de toutes les maladies pouvant toucher ces races animales. Prenons comme exemple le cas de certaines maladies contagieuses ou celles dites héréditaires. C’est de ce fait que les assureurs joignent lors de la souscription au contrat, des délais de carence à court terme et pouvant aller de deux voire quatre mois. Ces délais donnent le moyen de juger si l’animal en question est touché par une maladie spécifique ou non.

Selon les assurances santé animale, le propriétaire se doit d’être responsable de son animal et de lui montrer des attentions particulières. A partir du moment où il a acquis son compagnon, le maître se devra de suivre régulièrement l’état de santé de l’animal afin de prévenir contre les maladies graves pouvant nuire à sa santé. Ainsi, dans le but de maintenir un niveau de protection immunitaire ces animaux doivent obligatoirement et régulièrement être vaccinés. En plus, légalement, l’animalerie ou l’éleveur a une obligation de garantie prouvant que l’animal n’est atteint d’aucune maladie et est par conséquent en très bon état de santé. Dans le cas contraire, on le considère comme un vice rédhibitoire c’est-à-dire un défaut pouvant modifier l’annulation d’une vente.

Les 10 maladies attribuées comme vices rédhibitoires

D’après la loi du 22 juin 1989 ainsi que le code rural, 10 affections sont qualifiées de vices rédhibitoires ou cachés. On peut on compter 4 chez les félins et 6 chez les canidés. Si ces maladies sont décelées à l’avance par le propriétaire, il peut traduire en justice l’animalerie où il a pu acquérir son animal. Cela est bel et bien faisable vu que ces affections mettent en grave péril la santé de l’animal et même entraîner sa mort. De même, les frais vétérinaires associés au traitement de ces affections peuvent s’avérer excessifs.

A titre d’information, sont considérées comme vices rédhibitoires du chien les maladies telles que : l’hépatite de Rubarth, la maladie de carré, l’atrophie rétinienne, la parvovirose canine, l’ectopie testiculaire et la dysplasie coxo-fémorale.

Concernant les chats, sont considérées comme vices rédhibitoires, les affections suivantes : la leucopénie féline, le leucémogène félin, le virus de l’immuno dépression féline et la péritonite infectieuse féline.