Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Sante chien : comment traiter l’adénite sébacée ?

L’adénite sébacée est une maladie auto immune qui n’est pas assez reconnue par les vétérinaires jusqu’à ce jour. Pourtant, elle entraîne des conséquences assez néfastes sur l’organisme d’un chien notamment au niveau de ses glandes sébacées. Mais qu’est-ce qu’on entend réellement par adénite sébacée chez un animal à quatre pattes ? Quels en sont les symptômes ? Quelles sont ses causes ? Comment traiter une adénite sébacée ? Cet article donnera d’amples informations à ces propos avant de terminer par un conseil d’élevage à ne pas négliger pour la bonne santé d’un toutou.

L’adénite sébacée, connue sous le sigle « AS » est une maladie de la peau qui peut toucher les chiens. Il s’agit d’une maladie héréditaire assez grave, mais qui n’est pas mortelle. Pour ceux qui ne savent pas encore, sachez qu’elle peut se manifester, en principe, à partir du 15ème mois du chien et jusqu’à ses 5 ans. Mais elle peut aussi survenir bien plus tard. Cependant, jusqu’ici, aucun traitement ne peut soigner un chien atteint de l’adénite sébacée. C’est pourquoi, dans beaucoup de cas, le maître est obligé d’euthanasier son chien pour abréger ses souffrances qu’il ne pouvait en aucun cas enrayer.

Cette maladie auto-immune fait partie des maladies héréditaires qui touchent beaucoup plus les mâles que les femelles. Elle commence par des inflammations autour des glandes sébacées, et détruit progressivement les glandes de l’animal de compagnie. De ce fait, un chien souffrant d’adénite sébacée va faire face à un problème de dysfonctionnement de son organisme surtout de ce qui est lié la production du sébum. Il convient toutefois de noter que cette fonction est d’une importance capitale notamment pour protéger la peau de l’animal contre toute forme d’agressions extérieures. 

Nombreuses sont les races qui peuvent être touchées par l’adénite sébacée. Mais les plus concernées sont l’Akita, les caniches, les chow-chows, les cockers américains, les samoyed, les braques hongrois, les weimaramer, les teckels, les dalmatiens. Il en est de même pour les dobermans, les bergers allemands, les golden retrievers, les setters irlandais, les labradors, les Lhassa apso, les bichons maltais, les pinschers miniatures. Les propriétaires de bobtails, saint-bernards et scottishs terrier doivent aussi s’armer d’une bonne assurance.

Il convient de noter que l’adénite sébacée est une maladie qui n’est pas encore assez connue par les vétérinaires. Mais cela n’empêche pas les spécialistes qui ont déjà travaillé sur le sujet de dégager quelques causes possibles de cette maladie. Entre autres, elle est une maladie héréditaire, mais elle peut également venir d’un défaut du système immunitaire d’un chien provenant d’un mécanisme inconnu. Il se peut également que l’AS trouve son origine dans une anomalie plus généralisée de la croissance de la peau et des poils de l’animal. Selon certaines recherches, cette maladie pourrait avoir un lien avec les atopies ainsi qu’à d’autres maladies auto-immunes.

Il est indéniable que les causes en sont actuellement inconnues, mais un mécanisme immunitaire visant la destruction spécifique des glandes sébacées est probable. En plus, une baisse de la production en sébum a pour conséquence un trouble de la cornéogénèse au sein des infundibulums folliculaires, une hyperkératose orthokératosique de surface plus ou moins marquée et une atrophie folliculaire. Il est aussi à souligner que le dérèglement des glandes sébacées de l’animal de compagnie a pour conséquence le dessèchement de la peau et des poils qui pourrait engendrer l’apparition de pellicules ainsi que des pertes de poils considérables.

L’adénite sébacée est surtout connue par un problème au niveau des poils de l’animal. Dans la majorité des cas, un chien souffrant d’adénite sébacée est confronté à une chute partielle et parfois même totale de ses poils surtout au niveau de sa tête, de son dos et de sa queue. Une perte de sous-poil est également un signe de cette maladie de la peau d’un toutou. À part tout cela, ses poils deviennent très secs et souvent, il est possible de remarquer l’apparition de pellicules ainsi que d’écailles de couleur noire qui adhèrent à la base de ses poils.

Il est à noter que les symptômes de l’adénite sébacée peuvent être différents d’une race à une autre. En effet, chez les chiens à poils courts, ce sont des plages d’alopécie nummulaire multi-focale, donnant un aspect mité du pelage qui vont progressivement coalescer. Le squamosis est relativement modéré. Le prurit et les complications bactériennes peuvent être remarqués, mais dans des cas rares. 

Par contre, chez les toutous à poils longs, un chien souffrant d’adénite sébacée peut avoir un pelage terne, une alopécie progressive, relativement symétrique un squamosis pityriasiforme ou psoriasiforme abondant et de nombreux manchons pilaires. Les lésions sont essentiellement localisées à la ligne du dos, de la tête à la queue, au chanfrein et aux pavillons auriculaires. Il est d’ailleurs possible que cette maladie soit associée à une odeur rance, ainsi qu’un prurit. C’est notamment lié à la possibilité d’une prolifération bactérienne de surface ou d’une pyodermite secondaire.

Afin de tenter de soulager le problème d’adénite sébacée, il faut toujours commencer par un diagnostic étant donné que les symptômes de cette maladie pourraient se confondre à ceux d’autres maladies d’un chien. C’est dans ce sens que le vétérinaire proposera une analyse histopathyologique qui sera en mesure de confirmer s’il s’agit ou non d’AS.
Pour traiter une adénite sébacée, il est possible de traiter les dermatites du chien en ayant recours à la cyclosporine et à la cortisone. 

Quant aux infections, l’utilisation des antibiotiques durant plusieurs semaines peut être recommandée par un vétérinaire. Une méthode efficace pour remplacer le sébum manquant et créer un film protecteur sur la peau sèche consiste dans l’application des bains d’huile. Ces « bains » sont à faire avec de l’huile minérale, ou végétale comme l ‘huile d’olive par exemple. Il faut toutefois veiller à ce que l’huile soit tout simplement la plus pure possible. Une fois que l’huile recouvre bien le chien, il faut bien masser tout le corps pour qu’elle pénétre en profondeur. Il convient de la laisser se « macérer » pendant 2 à 3 heures. Ensuite, il faut penser à laver le chien, sans insister au niveau de la peau, pour enlever l’huile, avec un shampooing très doux. Ceci devrait être accompagné par l’administration de compléments alimentaires riches en acides gras essentiels dont l’oméga 3 et 6 ainsi que de vitamines A, C et E.

À titre de remarque, les traitements sont importants pour soulager le chien, mais ils ne peuvent pas guérir complètement l’adénite sébacée. C’est dans ce cas que pour les bains, par exemple, il faut donner trois bains, et ce, à un intervalle de 15 jours. Ensuite, il faut augmenter à quatre bains à intervalle de trois semaines. Durant toute la vie du chien, un bain toutes les quatre semaines lui sera nécessaire.

L’adénite sébacée et une maladie héréditaire. C’est ainsi qu’il s’avère important de ne pas faire reproduire des chiens qui sont atteints de cette maladie. Il est aussi recommandé d’exclure tout programme d’élevage de leurs parents, de leurs descendants et de leurs collatéraux. Il faut d’ailleurs souligner que même les chiens avec une atteinte assez légère qui ne présentent aucune manifestation visible de l’AS sont en mesure de transmettre à leurs chiots la maladie. Ainsi, il est toujours conseillé de passer à une analyse avant de faire reproduire son chien.