Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Santé chien : la dirofilariose

Les infections parasitaires sont parmi les maladies qui affectent les plus souvent les animaux de compagnie. Parmi elles, il y a la dirofilariose. Cette dernière peut être  causée par des vers transmis par des moustiques. En attaquant son cœur, la dirofilariose peut être fatale pour le chien d’où l’intérêt de bien connaitre le problème.

Cette maladie est également appelée maladie des vers de cœur à cause notamment des dirofilaria qui se logent dans les artères pulmonaires, le cœur droit et la veine cave. Le dirofilaria immitis est un ver long connu communément sous le nom de ver cardiaque du chien. Sa prolifération dans l’organisme de l’animal provoque la filariose cardio-vasculaire. Ce ver qui peut atteindre 30 cm. Il est transmis par la piqûre des moustiques suceurs de sang de différentes espèces  comme l’anophèle, le moustique tigre, etc. Au stade larvaire, le dirofilaria est de forme microscopique. Il se répand ainsi dans le sang du chien. En suçant le chien d’un animal infecté, le moustique devient un hôte intermédiaire pour les microfilaires contenues dans le sang qu’il a ingéré. Il inocule par la suite ces larves à un animal jusque  là sain en lui piquant.
Une fois injectés chez le chien, les jeunes dirofilaria se logent par voie sous-cutanée. Ils effectuent alors deux mues successives puis ils migrent vers le ventricule cardiaque. Ils mettent environ 7 mois pour atteindre le stade adulte. Ils vivent dans les vaisseaux sanguins et obstruent ceux-ci ainsi que le cœur. Ce qui entraîne la réduction des flux sanguins vers les organes vitaux tels que les poumons, les reins et les foies. Cela provoque une déficience de fonctionnement des organes touchés. Quand les obstructions de veine cave se généralisent, l’animal peut en mourir. De plus, les dirofilaria se nourrissent de plasma sanguin. Ce qui risque de provoquer un syndrome hémolytique grave comme l’anémie due à la destruction des globules rouges. Le problème est que les symptômes se mettent longtemps à se manifester, donc il faut rester vigilant et prendre des mesures de précaution.

La dirofilariose est une maladie à évolution lente. C’est plusieurs mois voire quelques années après la piqûre de moustique que des maladies symptomatiques commencent à apparaître. Elles se traduisent par des troubles respiratoires et cardiaques. Au début, le chien tousse et présente des difficultés respiratoires plus ou moins marquées. Il commence à montrer des signes de fatigue au moindre effort physique, s’affaiblit et peut finir par avoir une syncope. L’apparition des autres signes comme l’ictère et l’hémoglobinurie (urine sombre) apparaissent quant l’infestation est massive.  On note également la présence des zones dépilées au niveau des oreilles qui démangent l’animal. Des œdèmes sur les pattes et l’abdomen peuvent être également un signe de la présence des dirofilaria dans l’organisme. À noter que tous ces signes cliniques n’indiquent pas forcément la maladie des vers cardiaques canins, d’où la nécessité de faire des  examens complémentaires.
La dirofilariose peut être diagnostiquée par la recherche de larves ou d’antigènes parasitaires dans le sang. L’échographie des organes peut révéler également la présence des vers adultes dans le corps. Même en présence d’un résultat négatif à la sérologie, il faut multiplier les diagnostics et les répéter jusqu’à confirmation du vrai problème. En effet, les cas de faux négatifs sont fréquents même en cas d’une infestation importante. Cela est dû notamment au fait que les microfilaires (stade juvénile du parasite) ne se trouvent pas dans les sangs mais dans les membranes sous-cutanées.  Radiographie pulmonaire, électrocardiogramme, IRM, tout est bon pour  détecter les infections responsables des symptômes suspects et sauver le chien. Il convient toutefois de noter qu’avec une bonne mutuelle pour chien, ces examens peuvent être remboursés à hauteur de 100%.

La colonisation des voies artérielles par ce parasite cause de nombreuses maladies sous-jacentes qui sont toutes graves pour la vie et la santé de notre compagnon à quatre pattes. En premier lieu, il y a l’insuffisance cardiaque due à l’obstruction des vaisseaux sanguins. En effet, la taille des vers (15 à 30 centimètres et 5 millimètres de large à l’âge adulte) est à peu près la taille des vaisseaux et ils peuvent atteindre le nombre de 300 individus dans l’organisme d’un seul chien. Les sangs qui irriguent les poumons deviennent insuffisante d’où l’insuffisance pulmonaire. Il y va également de l’insuffisance rénale et hépatique. La dirofilariose peut causer également la léthargie et l’anorexie. Les atteintes des organes vitaux causent inéluctablement la mort de l’animal s’il n’y a pas de traitement à temps.
En parallèle, la présence de ce corps étranger peut perturber le sang et aggraver les problèmes de santé. En plus de la destruction des globules rouges, il y a aussi le risque de la formation de caillot qui une fois encore va obstruer une artère ou une veine vitale. À noter que la dirofilariose peut prendre des formes cutanées ou oculaires quand les vevéérs se logent dans les membranes intracellulaires. C’est un cas qui reste très rare mais à ne pas écarter. Cela provoque notamment des œdèmes  au niveau de l’œil et sur la peau.

La dirofilariose étant une maladie grave, il est très important de prémunir son compagnon de cette maladie. La première chose à faire est de réduire le risque de piqûre de moustique. Pour cela, on peut éviter les marécages et les eaux stagnantes très prisées par les moustiques. Dans les zones à risques, il faut rentrer le chien au couché du soleil, car c’est à partir de ce moment que les moustiques sortent pour partir à la recherche de mammifère à piquer. On peut également faire porter un collier anti-moustique à l’animal. Dans le cas où le risque est vraiment grand (invasion de moustiques, cas de dirofilariose détecté dans l’environ, séjour dans un lieu où la maladie est très courante, etc.). Il faut demander au vétérinaire de prescrire des médicaments préventifs pour le chien. Il s’agit de vermifuge actif contre les microfilaires.
Dans le cas où l’animal est diagnostiqué porteur de dirofilaria, trois types de traitement doivent être lancés : élimination des parasites adultes, élimination des larves et  traitement symptomatique des maladies corollaires. Pour tuer les vers adultes, le vétérinaire a le choix entre le traitement qui provoque la mort rapide des vers par injection d’immiticide ou la mort lente des parasites par l’administration de lactone macrocyclique associée à de la doxycycline. Le but du traitement est de réduire progressivement le nombre de parasites présents à l’intérieur du chien. Pendant le traitement, il faut laisser absolument le chien au repos. C’est nécessaire afin d’éviter le risque d’embolie pulmonaire provoqué par la présence des vers morts dans les vaisseaux. Le garder en cage est la meilleure de solution, le temps que les cadavres de vers se désagrègent et réabsorber par l’organisme. Après le traitement d’attaque, il faut procéder à l’éradication des larves par un autre traitement. Enfin, il faut rétablir la vitalité du chien après  l’état de fatigue et d’anorexie causé par la maladie, tout en traitant cas par cas les autres pathologies.