Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Santé chien : L’ataxie cérébelleuse

L’ataxie cérébelleuse est une maladie du système nerveux des canins. Elle peut apparaître dès le 9ème mois d’un chien. Mais qu’est-ce qu’on entend par ataxie cérébelleuse ? Quelles en sont ses causes ? Y a-t-il des symptômes ? Comment la traiter ? Les paragraphes suivants donneront d’amples informations à ces propos.

L’ataxie est un mot avec des origines grec et signifie «sans ordre». Dans le cas des animaux de compagnie, il se réfère ainsi à la coordination des mouvements. En d’autres termes, l’ataxie cérébelleuse ou ataxie spinocérébelleuse est une maladie qui peut affecter les animaux de compagnie et qui touche leur cervelet. Il s’agit d’un trouble héréditaire qui est caractérisé par une dégénérescence progressive du cervelet et de la moelle épinière. Dans la majorité des cas, cette maladie d’apparition insidieuse se déclare entre 3 et 5 ans. Mais il pourrait également qu’un chien de 1 à 9 ans soit touché par cette maladie héréditaire.

Il est important de traiter rapidement l’ataxie cérébelleuse étant donné qu’elle est source d’une difficulté de coordination des mouvements progressive. Ce trouble de santé remet aussi en cause l’état de santé du chien et sa qualité de vie. En effet, cette maladie du cervelet diminue considérablement l’espérance de vie d’un toutou. Plus exactement, dès que les premiers symptômes éprouvés, son espérance de vie est réduite entre 2 et 5 ans mais cela diffère d’une race de chien à une autre. Il est d’ailleurs à noter que cette pathologie peut causer souvent une paralysie ou des troubles nerveux graves, non compatibles avec une bonne qualité de vie d’un toutou.

Les races les plus concernées par l’axatie cérébelleuse sont l’American staffordshire terrier, l’American pitbull terrier, le Jack russel et le Parson russel. Bref, l’ataxie cérébelleuse peut concerner la majorité des races assimilées à l’American staffordshire terrier. Par ailleurs, les mâles et les femelles sont touchés dans les mêmes proportions.

Comme il s’agit d’une maladie héréditaire, l’ataxie cérébelleuse est due à la mutation d’un gène qui se transmet de génération en génération. Il faut toutefois souligner qu’il y a des porteurs sains de la maladie, plus précisément des descendants d’une race qui ne disposent que d’un allèle du gène défectueux. Quant à son diagnostic, il est réalisé par exclusion d’autres maladies, puis confirmé par IRM  ou Imagerie par Résonance Magnétique.

L’ataxie cérébelleuse est une maladie autosomique récessive. En d’autres termes, seule la présence de deux copies défectueuses du gène, plus exactement, l’une provenant du chien et l’autre de la chienne peut provoquer l’apparition de l’ataxie cérébelleuse. Le vétérinaire proposera alors la réalisation d’un test de diagnostic et de dépistage pour l’ataxie cérébelleuse surtout s’il s’agit d’un American Staff. Ce test permet en effet de déterminer le statut du chien parmi les trois situations suivantes : pas de copie défectueuse, une seule des deux copies défectueuse, ou les deux copies défectueuses. Un chien qui a deux copies défectueuses développera la maladie, mais on ne peut pas prédire à quel âge.

Dès les premiers stades de l’évolution de l’ataxie cérébelleuse, les signes neurologiques sont paroxystiques chez tous les chiens. En effet, l’animal à quatre pattes s’exacerbe par l’excitation, le soulèvement de la tête, le roulement sur le dos, les mouvements brusques. Il peut aussi agir différemment en cas de situations difficiles notamment lorsqu’il veut affranchir des obstacles, des virages ou des pentes. Au fur et à mesure de la progression de la maladie, ces situations peuvent provoquer chez les chiens des chutes ou des crises d’opisthotonos.

L’ataxie cérébelleuse héréditaire progresse de mois en mois voire même sur plusieurs années. Les toutous qui sont atteints par cette maladie héréditaire ont du mal à voir. Ils sont incapables de se déplacer après une durée d’évolution qui peut aller de 6 mois jusqu’à plus de 8 ans. Pour la majorité des chiens, cette période dure entre 2 et 4 ans. Par ailleurs, la progression de la maladie se fait parfois lors de crises durant lesquelles les symptômes s’aggravent rapidement. Par conséquent, il est possible d’observer entre les crises, de longues périodes durant lesquelles les signes neurologiques restent stables. Enfin, il est important de souligner qu’au fur et à mesure que la maladie évolue, l’ataxie cérébelleuse devient permanente et de plus en plus marquée.

La détérioration de l’état de santé du chien n’est pas toujours rapide. Plusieurs spécimens pourront encore profiter de la vie pendant longtemps avant que leur état soit trop grave. Il n’est pas rare de les voir atteindre l’âge de 7 ou 8 ans!

Au début de cette maladie, à un stade précoce plus exactement, le chien affecté devient maladroit. Pour certains même, ils peuvent présenter une anomalie faible lorsqu’ils sont en déplacement et ce, surtout le matin dès qu’ils se réveillent. Cela se remarque également à chaque fois que l’animal de compagnie fait face à des situations un peu complexe comme lorsqu’il veut monter ou descendre un escalier ou encore lorsqu’il nage.

Il se pourrait également que le chien concerné soit victime de crise d’opisthotonos de quelques secondes ou de tressaillement sur tout son corps. Cela se raidit durant son sommeil. Quand la maladie devient de plus en plus grave,  le chien marche d’une manière étrange en levant de façon exagérée ses membres, surtout ceux de l’antérieur. Dans ce cas, le chien souffre d’une hypermétrie. Il se peut également que l’animal de compagnie soit atteint d’une astasie. Il s’agit cette fois-ci d’une trouble d’équilibre lorsqu’il est au repos. Plus exactement, le toutou commence à avoir du mal à se tenir debout.

Certaines races présentent même un polygone de sustentation élevée. Au fur et à mesure que son état s’aggrave, l’animal est confronté à un problème d’abasie, autrement dit, d’une difficulté et même d’une impossibilité de se déplacer. S’il s’efforce, il risque de tomber. Par ailleurs, un chien souffrant d’une ataxie cérébelleuse présente de temps en temps un balancement autant au niveau de sa tête qu’au niveau de son corps. En outre, l’animal affecté peut être victime de raideurs des membres postérieurs ainsi que des tremblements intentionnels qui sont parfois grossiers. Ces derniers se remarquent surtout lorsque le chien est en train d’effectuer des mouvements brusques et surtout quand il est excité. Enfin, la majorité des chiens qui soit atteinte d’une ataxie cérébelleuse présente une anomalie de sa tête. Plus exactement, sa tête se penche à gauche ou à droite de manière transitoire.

Jusqu’à présent, il n’existe aucun traitement efficace qui soit en mesure de soigner complètement une ataxie cérébelleuse. D’ailleurs, même un traitement permettant de ralentir la progression de cette maladie n’est pas encore trouvé. Mais il s’avère toutefois d’une importance capitale de toujours prendre l’avis d’un vétérinaire avant de décider quoi que ce soit pour apaiser d’une manière ou d’une autre la souffrance de l’animal. Éventuellement, la seule solution possible pour soulager l’animal est l’euthanasie.

Ce qui n’est pas à négliger c’est surtout la prévention. Il s’agit d’empêcher la reproduction d’un chien et de ses frères et sœurs lorsque la maladie est détectée. Sinon, elle pourrait aussi être transmise à la descendance.