Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Santé chiens : la dysplasie de la hanche

La dysplasie de la hanche ou « D. C. F. » est un des problèmes de santé les plus fréquents des chiens de grande et moyenne taille. Si on ne traite pas une dysplasie de la hanche d’un animal de compagnie le plus vite que possible, il se peut qu’elle se transforme en une arthrose très intense. Alors comment soigner une dysplasie de la hanche d’un chien ? Qu’est ce qui pourrait la provoquer ? Quels en sont ses symptômes ? Et existe-t-il des préventions permettant d’éviter une dysplasie de la hanche chez un toutou ? Tout de suite les détails à travers ses quelques lignes.

On connaît surtout une dysplasie de la hanche d’un chien sous le sigle « D. C. F. » ou dysplasie coxofémorale. Il s’agit d’une malformation de l’articulation de la hanche. Plus exactement une sorte d’asymétrie de la tête de son fémur avec sa cavité et son ligament se relâche entraînant ainsi ne hyper laxité de sa hanche. De ces faits, l’animal boite et il a du mal à monter les escaliers. Il se peut même qu’il n’arrive plus à sauter correctement et certains chiens souffrant d’une dysplasie au niveau de sa hanche ont même du mal à se relever.
Ces symptômes sont plus remarqués surtout le matin juste quand le chien se met debout. Au début, pour la majorité des races, la dysplasie pourrait être asymptomatique mais elle s’aggrave très rapidement. Il est à noter que même si ce sont les jeunes et les chiens âgés qui sont les plus concernés par la dysplasie, elle peut également toucher les chiots et même les nouveau-nés. On peut reconnaitre qu’une petite boule de poils souffre d’une dysplasie de la hanche quand elle a du mal à se relever après qu’elle soit restée assise durant quelques instants. Toutefois, en cas de doute, il est vivement conseillé de consulter un vétérinaire puisque un chiot de quelques semaines présente le même signe dû à sa croissance et non pas à une dysplasie coxofémorale.
D’autres symptômes peuvent également se présenter en cas de dysplasie au niveau de la hanche d’un animal à quatre pattes. Entre autres, il se peut que les os de ses hanches soient saillants ou encore son fessier devient peu musclé. Aussi, lorsqu’il court, il le fait à la manière des lapins plus exactement avec ses deux pattes arrière.

Pour la plupart des chiens, la dysplasie de la hanche est d’origine héréditaire.Les plus concernés par cette affection héréditaire sont les labradors, les Bergers Allemands, les Golden retrievers ainsi que les Rottweilers donc les chiens appartenant à la race moyenne ou à la grande race. Mais il se peut par ailleurs qu’un animal de compagnie souffre de dysplasie coxofémorale. C’est le résultat de ses conditions de vie inadaptées à sa race. En guise d’exemple, si on force un chiot à faire de nombreux exercices physique alors qu’il est encore en pleine période de croissance, il se peut qu’il va être victime d’une dysplasie de la hanche.
À part cela, ce déboîtement du fémur pourrait aussi venir d’un accident ou d’une éventuelle chute, surtout si le chien se promène plus souvent sur des sols glissants, et qui a induit à une déformation articulaire définitive. En outre, une dysplasie de la hanche d’un chien peut être d’origine alimentaire. Plus exactement si on a tendance à donner à un chien des aliments riches en calciums ou en énergie, il se pourrait que cet excès soit un facteur qui déclenche petit à petit une « D. C. F. ».

Il est tout à fait possible de prévenir l’apparition d’une arthrose d’un chien grâce à une alimentation saine et bien équilibrée. En effet, il est important de demander à un vétérinaire des conseils relatifs aux nourritures d’un chien adaptés à son âge et à sa race surtout si l’un des parents du chien a déjà présenté des problèmes de dysplasie. En cas de dysplasie héréditaire, il serait judicieux de contrôler régulièrement des hanches des chiens concernés ainsi que celles de ses ascendants.
De plus, il faut éviter autant que possible des sols glissants qui pourraient engendrer des traumatismes articulaires. Par ailleurs, les efforts physiques intenses et répétitifs sont à éviter surtout avant la fin de la période de croissance d’un chiot. Dès qu’on constate une dysplasie qui n’est pas de la classe A, il est préférable de faire en sortes qu’elle ne se reproduise plus afin d’éviter que ses petits soient aussi victimes de dysplasie de la hanche ou « D. C. F. ».

On traite une dysplasie de la hanche d’un chien en fonction de sa catégorie d’appartenance. Plus exactement, on peut classer les dysplasies en fonction de leurs degrés de gravités dont : classe « A » pour la dysplasie qui ne présente pas encore de signe évident ; de classe « B » si les hanches du chien sont toujours normales ; de classe « C » en cas de dysplasie légère ; de classe « D » pour une dysplasie moyenne et de classe « D » pour une dysplasie grave. Seul le diagnostic d’un vétérinaire après une échographie peut valider l’état de gravité de cette maladie des os chez un chien.
Pour ce qui est de son traitement, il peut être selon le cas de gravité, médical ou chirurgical. Dans la majorité des cas, le vétérinaire préconise des médicaments permettant de ralentir l’évolution de la maladie et de soulager la douleur de l’articulation de l’animal de compagnie. Pour le ralentissement de l’évolution de la dysplasie, il donne des médicaments chondroprotecteurs complétés par des anti-inflammatoires.
Par contre, les traitements médicaux ne sont pas suffisants pour soigner une dysplasie grave, il n’y a aucune solution que de recourir à un traitement chirurgical. Le vétérinaire choisira alors une parmi les différentes techniques d’intervention chirurgicales en fonction de l’état de gravité et l’âge du chien.
Si l’animal souffre d’une douleur au niveau de sa hanche et qu’il présente une bonne musculature, il se peut que le spécialiste choisisse une résection de la tête ainsi que du col du fémur du chien. Par contre, si l’animal à quatre pattes est dépourvu d’arthrose, il se peut qu’il soit nécessaire de découper des os de son bassin et de créer à nouveau une articulation de sa hanche, on parle dans ce cas de triple ou double ostéotomie du bassin. Il y a également l’opération chirurgicale connue sous le nom de prothèse de hanche permettant de recréer une articulation normale au niveau de sa hanche. Ce dernier traitement permet de soigner complètement la dysplasie. En effet, grâce à cette opération, l’animal sera débarrassé complètement de toute douleur relative à l’arthrose. Pour les chiots de moins de 6 mois, il se peut que le vétérinaire propose une symphysiodèse. Cette opération permet de bloquer la croissance d’une partie de son corps. L’objectif de la chirurgie est alors dans ce cas de prévenir le problème de l’articulation et surtout de l’arthrose.