Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Santé chiens : la leishmaniose

La leishmaniose est une pathologie canine qu’on rencontre essentiellement dans les pays chauds. En France, on peut en trouver dans le sud : en Corse, Côte d’Azur, les Pyrénées etc. Mais si les chiens se déplacent, cette maladie transmise par les moucherons du nom de phlébotome peut aussi sévir par exemple dans le secteur lyonnais ou les Landes. Pour les propriétaires d’un chien dans les régions à risques, il est important de connaître les symptômes de cette pathologie grave ainsi que son mode de transmission afin de bien se prémunir contre l’apparition de cette zoonose. Nous verrons également le traitement préventif que le praticien de santé animale peut mettre en place pour soigner cette maladie.

Cette maladie est causée par un protozoaire appelé la leishmanie. Les parasites se reproduisent dans les cellules de l’animal ou de l’homme. Ce dernier peut aussi contracter la maladie par la piqûre de la femelle du phlébotome qui se nourrit du sang pendant la saison estivale. Ces moucherons vivant dans les espaces vides des murs peuvent piquer de nombreuses fois par heure les chiens qui sortent hors de la maison. Ils peuvent également entrer dans une pièce si elle est mal éclairée. En infectant l’animal, les parasites font d’abord un dépôt sur sa peau puis une petite inflammation ou lésion croûteuse apparaît sur le museau ou l’oreille ou encore les pattes. Les leishmanies se propagent ensuite à travers les cellules et commencent à affaiblir la résistance naturelle de l’animal à l’agent infectieux.
A noter que certaines races de chiens comme le boxe attrapent facilement cette infection. Tandis que d’autres animaux, qui sont aussi piqués par le moustique n’en soit nullement affectés. Leur protection naturelle les protège contre la contamination. La durée d’incubation du parasite peut prendre 6 mois, voire quelques années selon l’état du chien. La leishmanie touche plusieurs organes tels que le foie, le rien, le ganglion, la rate etc.

Du fait que les signaux d’alarme peuvent se localiser dans divers organes de l’animal, il est quelquefois difficile de le diagnostiquer. Mais en général, le chien atteint de cette affection s’amaigrit progressivement. Des pellicules apparaissent au niveau de la surface de sa peau et il perd les poils. Toutefois, la dermatite n’entraîne pas de démangeaisons. L’animal n’aime plus jouer et a l’air abattu. Les chiens contaminés présentent également des ulcérations au niveau du nez, de la bouche, des oreilles ou des organes de digestion. On décrit également de saignement du nez ainsi que la pousse anormale des ongles. En palpant la peau de sa boule de poils, on peut observer également des nodules ou des ganglions sous l’épiderme ou encore des muqueuses gingivites, vaginites etc. Les tumeurs sont occasionnelles ainsi qu’une augmentation de la taille du foie, de la rate. La leishmanie peut également provoquer la fièvre, l’inflammation de l’œil avec des écoulements. Lorsque le rein est atteint, l’animal boit plus que d’habitude et urine plus souvent.

Le premier reflexe serait d’abord d’aller consulter le vétérinaire. Ce dernier pourrait identifier la maladie selon les symptômes et la région où réside son propriétaire. Il peut aussi s’enquérir si le chien a récemment séjourné dans les régions à risques. Pour ce, le médecin des animaux va faire plusieurs traitements comme l’étude de sérum, l’analyse d’urine ou la prise de sang au laboratoire. L’inconvénient de la sérologie c’est qu’il démontre seulement l’efficacité du système immunitaire de l’animal, c’est-à-dire son anticorps mais non pas les protozoaires parasites ni l’évolution de l’affection. Il peut aussi procéder à l’électrophorèse des protéines pour avoir un diagnostic sûr. La forte teneur en protéine dépassant 100g/l étant un signe indiquant cette maladie. Dans le cas de symptômes divers, il lui faut analyser la peau en prélevant un fragment de calque, de nodule ou de moelle osseuse pour un examen histologique. Dans le cas d’une atteinte rénale, la guérison est difficile car les lésions rénales ne peuvent pas être révoquées. En outre le traitement est onéreux. Concernant ce traitement, nous conseillons la souscription d’un animal à une mutuelle santé des animaux dès son jeune âge afin que le propriétaire puisse bénéficier de remboursement lors des dépenses vaccinations, analyses au labo, soins de maladies etc. Certaines mutuelles proposent des prises en charge intéressantes au niveau de garanties, cotisation et délai de carence. Privilégiez le recours à un comparateur sur internet pour trouver la bonne compagnie d’assurance.
Pour en revenir au traitement spécifique de leishmaniose, le vétérinaire peut prescrire une injection de médicaments ou une prise au quotidien de certains comprimés. La durée du traitement varie selon l’état de santé de l’animal mais quelquefois elle peut durer toute la vie du chien. Si ce dernier ne supporte pas le traitement, il faut le signaler à son vétérinaire qui peut l’arrêter pendant un certain temps. Le suivi vétérinaire est indispensable car il n’est pas rare de voir une rechute de la maladie.
En fait, la plupart des animaux contaminés ne guériront pas de cette affection, certains en portent même la trace à vie. Heureusement, avec le traitement, bon nombre d’entre eux peuvent mener une vie normale.
Par ailleurs, les chiens vivant dans les zones à risques devront porter des colliers anti-moucheron efficaces contre leur action répulsive sur l’insecte transmettant les leishmanies.
Mais la solution la plus efficace serait la vaccination. Le vaccin d’actualité depuis la fin de 2011 permet aux chiens de plus de 6 mois de l’immuniser contre la contamination de l’infection. Après le test de dépistage, le praticien fera 3 injections sous-cutanées pendant un an accompagnées de rappels annuels. Notons que la maladie ne peut être transmise du chien à l’homme que dans des conditions exceptionnelles.

On a dit précédemment que certaines régions Rhône-Alpes sont plus touchées par cette maladie et la région sud. Dans le cas où on doit passer de vacances dans ces régions, il importe de garder son chien à la maison et de ne pas le laisser promener dans la nature. Les animaux passant la nuit au dehors sont aussi les plus prédisposés. Les insectes sont plus actifs pendant la saison estivale ou pendant l’automne et surtout dans les endroits à faible éclairage et dans le crépuscule. L’utilisation des antipuces, des fumigènes, des sprays ou des bombes est également une alternative plus ou moins efficace. Il convient seulement de bien lire et de bien respecter le mode d’emploi du produit. Même si les risques de piqûre n’en seront pas totalement écartés, cela permet de repousser les phlébotomes. Toujours est-il qu’il est nécessaire de faire vacciner son chien même s’il n’héberge pas les parasites.

Si on a un chien atteint de leishmaniose chez soi, il ne faut pas le laisser s’approcher du nourrisson, des personnes ayant un système immunitaire faible comme les cancéreux, les personnes souffrant de maladies incurables etc. Un animal qui s’amaigrit et perd l’appétit, qui présente des signes cutanés ou des muqueuses, avec la présence de ganglions, une inflammation de la cornée ou une pousse anormale des ongles doit être amené rapidement chez le vétérinaire. Il peut prescrire le traitement approprié pour traiter la leishmaniose efficacement.