Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Santé chiens : les vaccins du chiot

Les vaccins permettent d’immuniser les chiens contre les maladies microbiennes ou virales. Cet acte de prévention stimule leur défense et leurs anticorps, tout en les permettant de résister aux agents parasitaires ou bactériens. Les vaccins sont d’autant plus indispensables car la contamination des infections peut se faire par les morves, les urines, les selles, la morsure d’un autre animal infesté, les étendues d’eau souillées, la piqûre des insectes porteurs de maladies… Même un chien qui ne sort de son appartement qu’occasionnellement peut ainsi contracter une maladie contagieuse Concernant la population canine, il est préférable de les vacciner dès leur jeune âge afin que son organisme possède en permanence des anticorps. Zoom sur les vaccins du chiot.

Lorsqu’on vient d’acquérir un chiot, il est important de l’amener chez le vétérinaire afin que ce dernier puisse le vermifuger et le vacciner. En règle générale, la vaccination du chiot peut se faire à partir de son âge de huit semaines, bien que d’autres chiots puissent être vaccinés à 12 semaines. C’est le médecin des animaux qui dresse le calendrier vaccinal et qui indique au propriétaire la fréquence et les échéances de vaccination. A partir de deux mois, le chiot doit faire l’objet des vaccins contre l’hépatite de Rubarth, la parvovirose et la maladie de Carré. Il est bon de savoir que l’organisme d’un chiot contient encore des anticorps maternels pendant une durée variable de 5 à 12 semaines. En outre, les chiots d’une même portée ont chacun leur dose d’anticorps de sa mère. Les protocoles de vaccins sont ainsi inutiles avant l’âge de 2 mois du chiot, car pendant cette période, la primo-vaccination interfère avec les anticorps maternels du chiot. L’immunité passive baisse pendant les premières semaines de vie du chiot, mais elle est persiste toujours jusqu’à empêcher l’animal d’avoir une immunité durable et active. Pour déterminer le moment favorable pour vacciner son chiot, le vétérinaire peut faire une prise de sang de l’anticorps maternel. Mais peu se gênent de faire ce test.

D’abord, les principales maladies virales qui peuvent toucher les chiots sont les suivantes :

  • la gastro-entérite virale qui provoque une gastroentérite hémorragique.
  • la maladie de Carré qui est responsable de fièvre, de trouble de digestion, de la respiration et de la vision, de méningite.
  • la toux de chenil qui se manifeste par une crise de diarrhée et d’un état léthargique avec des écoulements oculaires et une forte toux.
  • l’hépatite de Rhubarb qui apparaît à travers la fièvre et gastro-entérite, l’atteinte grave du foie.
  • la rage qui se manifeste par l’agressivité ou la paralysie de l’animal. Il mord sans lâcher prise les gens ou les animaux qu’il trouve sur son chemin ou les muscles de sa mâchoire sont paralysées.

On peut également vacciner le chiot contre la leptospirose (une forme de zoonose caractérisée par une atteinte hépatique, de jaunisses, des hémorragies… ) et contre la piroplasmose une maladie causée par les tiques (dont les signes sont les vomissements biliaires jaunes, l’atteinte du foie, l’urine foncée, la forte fièvre allant jusqu’à 40 degrés).
L’hépatite, le parvovirose, la maladie de Carré peuvent être faits à partir de la 8e semaine. Le vétérinaire peut pratiquer 2 à 3 vaccins à 3 à 4 semaines d’échéances pendant la primo vaccination. Il fera le rappel tous les ans.
Pour se prémunir contre le risque d’attraper la maladie de Carré et de l’hépatite de Rhubarb et la parvovirose, le chiot peut ainsi recevoir sa première injection à l’âge de 2 mois, puis sa deuxième injection un mois plus tard. Puis, on lui fera un rappel tous les 2 ans.
Mais pour la leptospirose qui peut avoir une forme mortelle, la première injection peut se faire à partir de la 9 ème semaine du chiot. 3 à 4 semaines plus tard, il peut recevoir une deuxième injection. Un rappel annuel est nécessaire pour un chien domestique mais pour les chiens de chasse, il convient de faire le rappel tous les 6 mois.
Pour la piroplasmose qui est une maladie parasitaire, la vaccination protège à 80% le chiot contre les risques de contagion. Le vaccin peut être fait à partir du 5è mois. Il recevra la deuxième injection un mois plus tard. Le rappel annuel est indispensable.
Enfin, en ce qui concerne le virus de la rage, bien qu’il soit presque éradiqué en France, il est toujours primordial de prévenir contre l’apparition de cette maladie. D’autant plus qu’elle est transmissible à l’homme. Pour ce, le moyen sûr de limiter et de lutter contre sa propagation serait de vacciner le chiot à partir de son troisième mois. Le chien doit être identifié par puce électronique. Il faut également faire un rappel annuel.

Les vaccinations servent à stimuler la mise en place des défenses immunitaires de son chiot. Cela les protège contre les risques de certaines maladies virales qui peuvent être mortelles. Lors de l’achat d’un chiot, le propriétaire est ainsi tenu de s’informer si la mère de l’animal est vaccinée correctement. A défaut, un chiot non immunisé doit être vacciné dans les premières semaines de sa vie (dans la 5e semaine) car il est très vulnérable aux infections. Pour que la vaccination soit complètement efficace, il aurait à respecter les dates indiquées et ne pas oublier de faire le rappel. D’ailleurs, de nombreux vétérinaires envoient également des e-mails pour rappeler à leurs clients la date de rappel de vaccins.
Le vétérinaire peut aussi tenir compte des risques auxquels l’animal est exposé dans son milieu. Il lui appartient ainsi de choisir la date idéale pour faire la première injection. Après sa vaccination, le chiot peut sortir mais il faut seulement éviter tout contact avec un autre chien, dans les animaleries, les refuges… voire dans les parcs. D’autre part, lors des promenades, il ne faut pas laisser son chiot étancher sa soif dans les flaques d’eau, ou renifler les selles et les urines de ses congénères. Ainsi, un maître soucieux de la santé de son petit compagnon ne doit pas l’amener dans un camping ou un club canin s’il vient d’être vacciné. Le respect des règles d’hygiène est également important.
Le vaccin doit également être pratiqué sur un animal bien portant. Si le chiot est malade, il vaut mieux d’abord traiter sa maladie. Il est aussi indiqué de vermifuger son chiot quelques jours avant la vaccination.
Enfin, pour faire face aux dépenses chez le vétérinaire, il est conseillé de faire une souscription chez une mutuelle pour animaux. Bon nombre de ces mutuelles remboursent les frais de prévention et de vaccination, ainsi que la chirurgie, les analyses au labo…. Le comparateur en ligne permet de dénicher l’assureur qui présente le rapport garanties/cotisation le plus abordable. Mais lors de la souscription, veuillez bien lire les conditions de remboursement, car certains assureurs d’animaux pratiquent le délai de carence. Il s’agit d’une période pendant laquelle la compagnie d’assurance ne prend pas en charge les frais de soins.

Un propriétaire d’un animal doit vacciner son chiot et même son chien âgé chez le vétérinaire. Cela lui permet d’être plus résistant aux infections et aux maladies. L’adage dit bien qu’il vaut mieux prévenir que guérir car la négligence de cet acte préventif peut coûter la vie de son chiot.