Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Santé chiens : maladies de l’oreille

Les oreilles d’un chien nécessitent un entretien ou nettoyage régulier pour éviter l’apparition des infections ou d’autres maladies. En règle générale, le propriétaire de l’animal doit nettoyer une fois par semaine l’intérieur et l’extérieur des oreilles de son compagnon à quatre pattes. Pour ce, il doit se munir d’un embout souple pour enlever les impuretés de l’intérieur de l’oreille. Plusieurs symptômes peuvent signaler la présence d’une maladie de l’oreille chez la race canine. En effet, si le chien se gratte ou secoue souvent cette partie de sa tête, ou s’il gémit ou penche toujours la tête d’un côté, il y a lieu de faire une consultation chez le vétérinaire. Notre guide informe sur ces signaux d’alarme des maladies du conduit auditif ainsi que le traitement adéquat.

Les affections inflammatoires ne sont pas rares chez les chiens. Ils peuvent avoir un caractère bénin au début mais si on ne les soigne pas, ils peuvent s’aggraver. Certains chiens sont prédisposés à ces maladies auriculaires, par exemple les animaux à oreilles tombantes (terre-neuve, rocker…). Car le recouvrement de l’entrée de l’oreille est un facteur favorable pour la croissance des bactéries. Voici les maladies des oreilles les plus fréquentes du chien.

  • La gale : Ce problème n’est pas rare. Des minuscules parasites visibles à l’œil nu élisent domicile dans l’oreille de l’animal. Quand on voit la petite bête qui secoue fort souvent sa tête, ou qui se gratte toujours ses oreilles tout en émettant des gémissements ou encore s’il y a des cérumens de brune voire noire dans ces organes, il faut prévoir les soins du vétérinaire. La gale auriculaire est contagieuse entre les chiens. La maladie est transmise par contact d’un animal à l’autre. Elle est aussi très courante chez les animaux vivants en refuge ou en élevage.
  • Les otites : on distingue les otites infectieuses et les otites chroniques. Cette maladie est causée par l’inflammation de l’oreille dans sa partie extérieure, dans l’oreille moyenne ou dans sa partie profondément interne. Si cette infection n’est pas traitée, le chien peut devenir sourd au cours du temps. En effet, si l’inflammation touche l’oreille interne, la guérison est assez compliquée. Quelle que soit la forme de l’otite, le chien a toujours une grande quantité de cérumen épais, noir ou brun à l’intérieur de son oreille. Le canal auditif peut devenir rouge. Les symptômes ressemblent un peu à la gale. Certaines otites produisent aussi de pus et de cérumen à l’odeur déplaisante. Ce dernier aura ici la couleur du lait blanc-jaunâtre ou d’un crème verdâtre. L’oreille du chien atteint de cette forme d’otite purulente ne lui démange pas. Les signaux d’alarme sont nombreux : l’oreille sentant mauvais, l’agressivité du chien si on le manipule, sa façon de se pencher d’un côté, la sécrétion purulente et de couleur anormale dans le canal auditif, les éraflures dues au grattage de la partie sujet à l’inflammation, la zone de l’oreille gonflée, le grattage fréquent des oreilles avec les pattes de derrière etc. Dans le cas de l’otite moyenne, on note en outre la présence d’un liquide suintant et des écoulements nasaux de l’animal. Dans les cas extrêmes, la maladie non soignée peut entraîner le relâchement des nerfs faciaux. Pour l’otite interne, le chien montre des signes de dépression et de perte d’audition. Il a également du mal à se tenir sur les jambes.
    Notons que le parasite auriculaire, les dermatites comme l’eczéma, l’allergie aux aliments ainsi que l’augmentation de la sécrétion de la glande de la peau figurent parmi les facteurs déclenchant cette maladie. Le caniche, le bichon, l’épagneul figurent parmi les races de chiens à risque.
  • Les épillets : les affections provoquées par les épillets arrivent à la fin du printemps et en été. L’herbe du chenil devient sèche au début de l’été. Leur fruit s’adhère facilement aux poils du chien. Les épillets migrent ensuite vers les replis naturels, s’introduisent dans les tissus et provoquent des infections. S’ils se trouvent à l’entrée du conduit auditif, ils n’ont pas d’effet sur la santé de l’animal mais s’ils entrent dans le canal de l’audition, le recours à un vétérinaire est impératif. Si le morceau végétal n’est pas enlevé, un abcès ou une inflammation suivie de l’otite pourrait se produire.
  • La surdité : on peut observer cette pathologie dans certains chiens de race bien qu’elle ne soit pas très courante. L’animal n’arrive plus à entendre des pas, ou les bruits causés par une voiture, les sons de la voix de son propriétaire ou les grondements d’un autre chien etc. Elle peut être causée par un choc traumatique, ou les conséquence d’une infection ou la vieillesse. Les chiens souffrant de cette pathologie aiment dormir et ils sursautent facilement quand quelque chose survient.

Pour réduire les risques de la survenue des pathologies des oreilles chez votre fidèle compagnon, il faut de temps en temps vérifier les oreilles de son chien afin de s’assurer qu’elle n’accumule pas de sécrétion, de pus ou de cérumens anormaux. L’ouïe étant vitale pour cet animal, l’utilisation de coton-tige pour nettoyer l’intérieur de l’oreille est déconseillée. Il existe des nettoyants spéciaux non irritant pour la peau de l’animal. Le vétérinaire peut donner des conseils sur la façon d’épurer l’intérieur de l’oreille du chien. Le traitement préventif comme l’antipuce permet également de lutter contre l’otite. En effet, l’allergie causée par ces insectes déclenche rapidement le germe infectieux. Il ne faut pas aussi oublier de donner une ration équilibrée à l’animal. La consommation de croutes de , de friandises et de viande est à réduire.

Les soins prodigués par le médecin des animaux dépendent de la chronicité ou de l’état de la pathologie. Pour des lésions graves, il peut prendre des mesures jusqu’à l’extraction du canal auditif via l’intervention chirurgicale. Concernant les infections, la prise des antibiotiques telles que la fucidine, la gentamicine etc. accompagnée des antiinflammatoires et les anti-champignons est la solution courante envisagée par la vétérinaire. L’administration de ces médicaments doit se faire pendant au moins 10 jours à raison de 2 prises par jour. Pour la gale auriculaire, la prise du sérum physiologique et un gel des oreilles traitant particulièrement les acariens à utiliser après le nettoyage du sérum sont les solutions habituelles pour soigner la gale. Pour faire la différence entre la gale et l’otite, le vétérinaire peut prélever les secrétions dans l’oreille du chien et vérifier au microscope les larves de la gale appelés Otodectes Cynotis. C’est encore lui ou le pharmacien qui indique la durée du traitement. Celui-ci doit être complété jusqu’à la fin du cycle des acariens pour éviter la récidive. Dans tous les cas, il faut déloger les saletés qui s’installent dans les oreilles du chien par un produit d’hygiène et un traitement acaricide.
En conclusion.
Les grattages frénétiques des oreilles, la production de cérumen d’une couleur inhabituelle et d’une odeur mauvaise, les démangeaisons, l’enflure de la zone auriculaire, le port de tête ou d’oreille anormal sont autant des signaux d’alarme indiquant la présence d’une maladie de l’ouïe. Pour empêcher l’aggravation de maladie telle que la surdité, l’abattement de l’animal ou la perte de l’équilibre, dès l’apparition d’un signe inquiétant, le recours au vétérinaire est la solution à préconiser.