Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Tous les points importants à propos de l’assurance décès pour chien

Voir son animal de compagnie perdre la vie est toujours triste, surtout si celui-ci est habitué depuis des années à son propriétaire. Dans des moments pareils, la première chose à laquelle son propriétaire penserait, c’est de lui organiser des obsèques comme il se doit. Tout d’abord, celui-ci doit trouver un endroit pour son animal dans les cimetières pour animaux.

La prise en charge d’une assurance décès pour chien

En effectuant décès pour son chien, le maître peut bénéficier d’une indemnisation relative au décès de son chien. En effet, cette assurance est les frais liés à l’organisation des funérailles et également d’orienter le propriétaire pour la recherche d’un nouvel animal de compagnie.

L’assurance décès pour chien diffère d’une compagnie d’assurance à une autre. Pour les cas de quelques assureurs, l’intervention de l’assurance n’est valide que lorsque le décès du chien n’est compris entre une tranche d’âge respective, soit de 7 à 10 ans. En tout cas, c’est à ce moment que le contrat d’assurance prenne sa fin. Tandis que pour d’autres assurances, l’assurance fournit une couverture des frais relatifs au décès de l’animal, même avant ses 8 ans de vie.

Les cas d’exclusion présents dans les clauses du contrat d’assurance décès

En général, une assurance décès pour chien sert à indemniser le propriétaire lors du décès de son animal de compagnie. Cependant, cette indemnisation est fournie uniquement sous réserve. Précisément, il s’agit du délai de carence et cette période dure environ 2 à 30 jours concernant les accidents, tandis que pour les maladies, de 30 à 60 jours. Dans le cas où l’animal perd la vie entre ce laps de temps, la compagnie d’assurance ne délivre aucune indemnisation. Ceci est également valable pour les animaux qui meurent à cause de

En effet, si un manque de traitement préventif obligatoire est à l’origine du décès de l’animal, l’indemnisation n’est pas accordée. C’est le cas pour les chiens qui n’ont pas été vaccinés et n’ayant pas suivi des traitements préventifs tels que le vaccin antirabique par leur propriétaire. Les cas échéant, la prise en charge du décès de l’animal peut être refusée. En outre, il est à savoir que l’euthanasie à but non thérapeutique ou légale n’est pas pris en compte par l’assurance décès.

La prise en charge n’est non plus valide si la mort du chien est liée à des blessures lors des combats organisés. A savoir que cet acte est interdit par la loi. Ainsi, le propriétaire qui envoie son animal à ce combat, en connaissance de cause, doit assumer seule toutes les conséquences, que ce soit une blessure ou le décès, étant donné que la compagnie d’assurance s’abstient à l’indemnisation dans ces circonstances.

Le jour du décès de l’animal, le propriétaire est tenu de faire une déclaration de décès de son chien auprès du fichier central canin. Ensuite, celui-ci doit informer son vétérinaire. Une fois que l’examen de la dépouille est effectué, le décès de l’animal doit être validé par une attestation de décès. Le choix de l’endroit de l’enterrement de l’animal revient à son maître. Plusieurs options sont disponibles, soit d’être incinéré par un vétérinaire, enterré dans le jardin ou placé dans un cimetière animale. Cependant, pour le choix d’un enterrement dans le jardin, le propriétaire est soumis à quelques conditions. Il est nécessaire que le poids de l’animal ne dépasse pas de 40kg, la profondeur du trou doit être 1 mètre au minimum et que l’endroit soit d’au moins à 35 mètres de distance des maisons environnantes.