Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Affirmation d’un chercheur américain : les chiens ont un degré de sensibilité comme les enfants

Après avoir procédé à des examens sur une douzaine de chiens, au moyen d’un scanner, un professeur d’une université américaine en conclu que les chiens ont les mêmes émotions et raisonnent exactement que les humains.

Les chiens sont pareils aux humains

C’est ce qu’a conclu Gregory Berns après son expérience, ce dernier est un professeur de neuro-économie à l’université américaine d’Emory (Géorgie), dans lequel ce propos est publié dans un article dans l’édition du 5 octobre 2013 du New York Times.

Ce dernier a fait cette expérience dans l’objectif de connaître le fonctionnement du cerveau des chiens, et particulièrement la façon dont ils saisissent tout de son entourage… en le comparant à un être humain.

Selon la confirmation du Pr. « un IRM peut nous en dire énormément sur l’état émotionnel d’un chien ».

Une fois que les maîtres des chiens sujets de l’expérience ont signé l’accord que le Pr. puisse faire l’expérience sur eux, à noter que son chien à lui en faisait également partie, ces derniers ont été soumis à des conditions pour l’aptitude à un IRM.

Le Pr. Berns, en soumettant les chiens à plusieurs stimuli, a livré que « la capacité à éprouver des émotions positives, comme l’amour ou l’attachement, impliquerait que les chiens auraient le niveau de sensibilité d’un enfant ».

Le point de vue des humains pour les chiens est à revoir

D’après le Pr. encore, ce point de vue pourrait « à lui seul, nous pousser à repenser entièrement la façon dont nous considérons les chiens ».

En mentionnant ensuite qu’« Aujourd’hui, grâce à l’IRM, de toute évidence : les chiens, et probablement beaucoup d’autres animaux (en particulier nos cousins primates les plus proches) ont la même sensibilité que nous. Il faut dès lors repenser intégralement leur statut ‘’d’objet possédé’’ ».

Un nouveau statut du chien

D’une vision large, il pense que « ‘’humanisation’’ viendrait s’adjoindre des droits propres aux chiens, qui entraîneraient par exemple l’interdiction de leur exploitation. Ce serait la fin, de facto, des chiens de laboratoire, des fermes d’élevage et des courses de chiens puisque ces pratiques contreviendraient à l’autodétermination des chiens en tant qu’individus ».

En somme, ces propos sont en faveur de ceux qui luttent pour le changement de statut de l’animal, pour faire en sorte que celui-ci ne soit plus estimer par la loi, étant un bien meuble mais tel un être vivant; soit presque pareil à un humain.