Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Les premiers jours du chiot : une période parfois délicate

A leur naissance, les chiots sont très fragiles. Ceci peut être dû à une négligence de sa mère ou à un manque de lait. Il se peut aussi que le chiot n’arrive pas à téter normalement. Des manipulations moins adéquates de la part du maître peuvent en être également des raisons. Cependant, ce n’est pas tous les chiots qui sont délicats. Certes, lors d’une mise bas, il est tout à fait possible qu’aucune complication ne survienne. Par contre, il est à tenir compte que le taux de mortalité recensé est à hauteur de 70% durant les 18 jours qui suivent la naissance du chiot.

Plusieurs peuvent être les causes de la mortalité précoce des chiots. Premièrement, la faute peut revenir à la mère. Le plus fréquent étant le cas d’écrasement intentionnel de ses petits, vu le poids de la mère, c’est souvent le cas pour les races plus “lourdes”.

Par rapport au lait
Il peut arriver que la mère n’ait pas la quantité de lait qu’il faut, ou aussi qu’elle ne soit pas très maternelle, qui fait qu’elle a tendance à négliger ses petits. Cette insuffisance en aliment peut aggraver la vie du nouveau né. Il se peut que le chiot ait des difficultés à avoir les tétines, soit ce dernier n’arrive pas à téter suffisamment et/ou correctement.

Par rapport à la température
Il y a de quoi à s’inquiéter avec la baisse de la chaleur. Comme tout autre nouveau né, le chiot a également besoin d’être placé au chaud. En effet, étant encore trop jeune, son organisme n’est pas en mesure de supporter le froid ni d’ajuster la température. C’est la raison pour laquelle certains éleveurs utilisent des lampes et ils les mettent juste au-dessus de la nichée.

Effectivement, un malaise chez un petit chiot se voit et immédiatement. Le cas échéant, le maître ne doit s’attarder à l’emmener chez un vétérinaire pour que celui-ci consulte la mère et toute la portée. Le vétérinaire seul peut les examiner ensemble et recommander ensuite le traitement adéquat. Accueillir des petits chiots s’avère souvent compliqué, surtout lorsqu’il s’agit de certaines races. Cela nécessite une grande attention de la part du propriétaire qui passe même des nuits blanches.

Par rapport à la « manipulation » du chiot
Il est vrai que manipuler le chiot de temps en temps s’avère nécessaire pour qu’il s’habitue à son entourage et son maître pour qu’il soit “bien dans sa tête” lorsqu’il grandit, mais il faut veiller à ce que ça ne vire pas à l’excès.

Il est important de savoir qu’un chiot a besoin de passer suffisamment de temps avec sa mère ainsi que sa fratrie avant qu’il s’habitue à son futur foyer avec son nouveau propriétaire. Dans le cas où le chiot ne peut pas être laissé dans les 8 semaines qui suivent sa naissance, la loi prévoit d’attendre jusqu’à ses 3 mois. Il en est de même pour un chaton.

L’arrivée d’un chiot au sein de sa nouvelle famille est une chose merveilleuse. Toutefois, les premiers jours dans la maison sont délicats et exigent une bonne préparation de ses maîtres. Ces derniers doivent, par exemple, bien choisir en avance l’endroit et le panier où le chiot va dormir. Les nouveaux maîtres du petit toutou peuvent également acheter, avant son arrivée, les gamelles pour ses repas ainsi que les jouets adaptés à son âge.

Outre ces organisations sur le confort du chiot, les questions sur sa santé sont aussi capitales. Ainsi, le propriétaire doit contacter, au moment ou même peu avant l’arrivée du petit toutou à la maison, un vétérinaire. Il faut notamment parler à ce spécialiste la race du chiot pour déterminer s’il existera des maladies congénitales à prévenir. Le propriétaire et le vétérinaire peuvent, ensuite, discuter du plan de santé en général du petit toutou comme le calendrier de vaccination, la vermifugation, traitement antiparasitaire, etc.

Il existe quelques conseils d’hygiène à appliquer pour aider à conserver la santé et la propreté du chiot lors de ses premiers jours à la maison. Son propriétaire peut par exemple lui donner un bain. Néanmoins, la durée de ce dernier ne doit pas dépasser les 10 min et la température de l’eau doit être entre 30 et 35°C. Ces précautions sont utiles pour que le petit toutou ne prenne pas froid.

Il est en outre possible de nettoyer les yeux du chiot. Son propriétaire peut enlever certaines sécrétions qui stagnent sur le contour de ses globes oculaires avec une compresse stérile imbibée de sérum physiologique. Pour les oreilles du chiot, il est nécessaire d’inspecter régulièrement leurs intérieurs. Il faut vérifier s’ils sont propres et rosés : aucune trace de cérumen brun ni d’odeur. Dans le cas contraire, le propriétaire peut employer des produits auriculaires et une compresse stérile pour les nettoyer.

Enfin, son maître a aussi la possibilité de s’occuper de la propreté des dents du petit toutou par brossage. Pour se faire, il faut utiliser un doigtier muni de poils souples et masser ensuite tout doucement les incisives et les gencives.