Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Santé des chiens : maladies de l’œil

Tout comme chez les humains, les organes de vue sont des parties sensibles chez les chiens. Quand une lésion s’introduit dans la cornée d’un chien, celle-ci devient moins transparente. 5 couches d’une épaisseur différentes caractérisent cette partie antérieure du globe oculaire d’un chien. Dès lors qu’il y a un obstacle au passage du liquide qui baigne l’œil, cela peut entraîner des glaucomes. En conséquence, il est nécessaire de traiter les maladies de l’œil de son compagnon à quatre pattes. Car les troubles oculaires non soignés peuvent entraîner la cécité sinon altérer la fonction visuelle. Le guide suivant vous éclaire sur les symptômes de maladies oculaires des chiens ainsi que les traitements du vétérinaire correspondant à chaque pathologie.

Les traumatismes et les infections figurent parmi les pathologies les plus fréquentes. En principe, on peut distinguer deux sortes de maladies : les anomalies oculaires génétiques (malformations des paupières, kérato-conjonctivite…) et les maladies causées par une infection ou une maladie (glaucome, conjonctivite…). A noter que certaines tares doivent être dépistées précocement. Une maladie générale de l’animal peut également se montrer au niveau de l’œil (diabète sucré, hypertension artérielle…). Nous conseillons toujours la consultation chez le vétérinaire chaque fois qu’on remarque des symptômes d’alarmes de la santé de son animal de compagnie.

Le propriétaire de l’animal peut lui-même constater certains des différents symptômes indiquant la maladie de l’œil du chien : il a un œil rouge et sale, son œil est toujours fermé et il en sort des écoulements. Les lésions de paupières, les blessures des yeux évoquent également des maladies oculaires. Pour les autres signes tels que la cécité, l’opacification du cristallin qui fait perdre la transparence de l’œil, cela relève de l’intervention du vétérinaire.
A noter :

  • Certaines races de chiens sont prédisposées à des maladies des yeux, par exemple le Carlin. -Si l’animal frappe sa tête contre les murs, il faut également le faire ausculter par le médecin des animaux.
  • L’utilisation d’un collyre ou d’autres produits inadaptés au trouble oculaire de l’animal peut envenimer la maladie. L’appel à un médecin professionnel des animaux est toujours à privilégier dès qu’on observe un des signaux d’alarmes cités ci-dessus.

La liste des pathologies des maladies oculaires canines est longue. Nous ne pouvons pas tous les énumérer ici. Nous vous présentons seulement les troubles les plus courantes dont la conjonctivite, le décollement de la rétine, la cataracte, l’ulcère de la cornée, le glaucome, l’entropion, l’ectropion, les tumeurs et bien d’autres encore. Ces troubles peuvent toucher la plupart des structures de l’œil : globe, paupières, cornée, uvée etc.

  • La conjonctivite : l’inflammation de l’œil peut être causée par des épillets, des microbes, des bactéries comme le streptocoque ou encore la maladie de Carré. L’œil et la face interne des paupières deviennent rouges et s’accompagne des écoulements.
  • La cataracte : le cristallin et la capsule deviennent entièrement ou partiellement opaques
  • Le glaucome : la pression intraoculaire augmente
  • L’ulcère de la cornée : l’œil rouge et douloureux perd sa substance cornéenne et pleure souvent
  • L’entropion et l’ectropion : pour la première maladie, le bord de la paupière s’enroule vers l’intérieur tandis que pour l’ectropion, c’est l’inverse, le bord sort vers l’extérieur de la paupière.
  • La kérato-conjonctivite sèche : les glandes lacrymales ne produisent pas assez de larmes. Le fonctionnement des yeux du chien s’en trouve affaibli. Cela peut être causé par une irritation ou une sécrétion de larmes insuffisante.

Le vétérinaire ophtalmologiste examine avec attention l’aspect extérieur de l’œil de l’animal avant de prendre sa lampe pour déterminer les réflexes du chien face à la lumière. Lors d’un éclairage vif, c’est l’œil qu’il éclaire qui doit se fermer et non pas l’autre. Si le chien ferme l’autre œil, cela évoque la présence d’une maladie. Mais pour les examens de la structure derrière l’œil, le vétérinaire aurait besoin d’un ophtalmoscope et d’autres tests complémentaires. Pour évaluer par exemple l’importance d’une lésion, il peut faire appel à l’échographie des yeux. Pour estimer la production de larmes, il y a le test de Shirmer. Il a également recours à un colorant appelé fluorescéine pour voir les ulcères de cornées.

  • Le traitement d’une pathologie oculaire d’un chien dépend de la nature de la maladie. Pour la cataracte qui peut être causée par une inflammation intraoculaire, par le diabète ou une infection ou une tare génétique, le vétérinaire peut envisager une intervention chirurgicale pour restaurer la vue de l’animal. La maladie est détectable par une prise de sang ou un électrocardiogramme etc. La technique du dernier cri appelé phaco-émulsification permet d’enlever le cristallin sans douleur au bout d’une demi-journée. Si vous emmenez l’animal le matin, vous le ramènerez chez vous l’après-midi. Il ne faut pas seulement oublier l’instillation des collyres pendant la durée indiquée par le vétérinaire.
  • Pour la conjonctivite, le propriétaire de l’animal peut mettre un sérum physiologique dans l’œil souffrant du chien en attendant l’auscultation du médecin des animaux. Cela permet de soulager ses douleurs et d’enlever le mucus. Le vétérinaire utilise des produits médicamenteux ayant des propriétés antibactériennes. Les médicaments administrés par voie buccale sont rares. Les injections ou le collyre peuvent être aussi la solution prise par le vétérinaire pour lutter contre la conjonctivite. Celles-ci ont l’avantage de diffuser efficacement le produit dans l’œil enflammé.
  • Pour le cas de glaucome, le vétérinaire mesure la tension de l‘œil avec un appareil nommé tonomètre. Le traitement qu’il propose par la suite a pour but de baisser la pression et la douleur à l’intérieur de l’œil, d’éviter les complications tout en conservant la vision. La perfusion et le collyre ne pourraient pas guérir cette maladie, il peut envisager la prothèse intraoculaire, l’instauration d’un implant de drainage, l’injection de gentamicine…
  • Dans le cas d’un ulcère de cornée, un acte de chirurgie ou une greffe conjonctivale sont nécessaires pour protéger l’œil tout en lui permettant de se cicatriser sans séquelles.
  • Dans le cas de la kérato-conjonctivite sèche, il peut traiter l’infection par un collyre antibiotique puis il indique l’administration d’une pommade à base de cyclosporine.

Le traitement du vétérinaire dépend ainsi de la gravité de l’infection et de la maladie. Les risques de mortalité sont minimes, pour ne pas dire inexistantes. Mais si une pathologie n’est pas soignée à temps, les séquelles peuvent survenir.

Vu le coût de l’intervention chirurgicale dans la clinique vétérinaire, tout propriétaire soucieux de la bonne santé de sa boule de poils ferait bon de souscrire son animal dans une mutuelle santé animaux. Ces assurances remboursent une bonne partie des dépenses santés vétérinaires et en cliniques moyennant quelques cotisations. Pour trouver une formule de prestations intéressantes avec un coût abordable, nous conseillons l’utilisation d’un comparatif mutuelle animaux. Cet outil permet en quelques minutes d’avoir une liste des assurances répondant à ses critères.

Les maladies oculaires d’un chien non prises en charge peuvent compromettre leur vision. Ces maladies peuvent indiquer également d’autres maladies plus graves comme le diabète etc. C’est pourquoi il est conseillé d’amener au plus vite son animal chez le vétérinaire dès qu’il présente des symptômes alarmants comme l’œil rouge, l’œil sale ou larmoyant