Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Exclusion en assurance chien : le cas d’une dysplasie au niveau du coude

Il existe deux sortes de présentation de cas de dysplasie. D’abord, la dysplasie touchant généralement la hanche d’un chien. Mais il y a aussi le cas de dysplasie qui se présente au niveau du coude de l’animal. Par définition, la dysplasie du coude est une malformation du coude chez un chien. Cette malformation génétique est exclue de la prise en charge de l’assurance chien.

Le cas de la dysplasie du coude chez le chien

La dysplasie du coude rassemble trois ou même quatre maladies différentes dont :

–           La NUPA ou la non-union du processus anconé : cette malformation osseuse est caractérisée par le non-fusionnement du fragment osseux du coude avec l’ulna (cubitus chez les humains) durant la croissance du chien.

–           La fragmentation de l’apophyse (processus) coronoïde médial non soudé (ou FPCM) : ce cas se présente par un détachement d’un fragment osseux de l’ulna.

–           L’épicondyle huméral médial ou Ostéochondrite dissécante (OCD) ou un détachement cartilagineux.

–           Ces trois affections peuvent se transformer toutes en une arthrose secondaire.

Ces différentes pathologies sont des infections génétiques typiquement favorables aux grands chiens de race. Pour traitement, l’intervention chirurgicale reste la seule mesure appropriée et même imposée afin de les réparer.

La NUPA et la FPCM se développe surtout chez les jeunes chien en pleine croissance (de 4 à 8 mois). La dysplasie peut attaquer les deux ou seulement un coude. Le principal facteur de cette pathologie est généralement un déséquilibre biomécanique de la croissance. Entraînant une douleur au niveau de l’articulation du coude, la dysplasie pourrait aussi entraîner une boiterie affectant la démarche de l’animal.

La dysplasie, une maladie d’origine génétique

La dysplasie, qu’elle se présente au niveau de la hanche ou au niveau du coude, est un cas héréditaire. D’autres causes peuvent aussi favoriser cette maladie comme la mauvaise alimentation ou les efforts physiques  trop fréquents. Ces facteurs peuvent également aggraver la maladie jusqu’à l’apparition d’une arthrose secondaire.

Jusqu’à son extrême symptôme, la dysplasie évolue en cinq stades :

A-        A ce stade, le chien est encore immunisé contre la maladie, aucun signe n’est détecté.

B-        Aucun signe, le chien est dans un état plus ou moins normal

C-        Cas de dysplasie légère : aucune affection sur la démarche

D-        Manifestation d’une dysplasie moyenne

E-        Dysplasie grave : présence des symptômes pathologiques : état de santé du chien variant selon sa race.

Législation sur les maladies congénitales du chien

La dysplasie fait partie des 6 maladies rédhibitoires pour le chien, définie par la loi. Parmi ces maladies, on peut citer également, la maladie de Carré, l’hépatite contagieuse de Rubarth, la parvovirose canine, l’ectopie testiculaire et l’atrophie rétinienne. Toutes les maladies héréditaires font l’objet d’une exclusion de l’assurance chien. Lors de l’achat et de l’adoption de l’animal, il est élémentaire de vérifier que ces diverses pathologies soient absentes chez l’animal, l’animalerie doit également faire preuve de bonne foi en confirmant l’absence de ces anomalies génétiques.

Sûrement, l’assurance se désengage de tous les frais médicaux pour le traitement d’une maladie héréditaire. Il en est de même pour le cas des maladies contagieuses antérieurement attrapées par l’animal au moment de la souscription. Le seul recours du propriétaire est la poursuite judiciaire contre l’animalerie qui lui ait fourni le chien. Pour appuyer cela, le propriétaire doit prouver la mauvaise foi du vendeur en se procurant d’une attestation de suspicion auprès de maladie contagieuse auprès d’un vétérinaire.