Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Quelles sont les allergies alimentaires d’un chien ?

Tout comme il est très important de connaitre les allergies alimentaires canines, il est aussi capital savoir prendre les précautions nécessaires afin de prévenir les lésions et des problèmes de santé auxquels l’animal sera exposé. Si jamais il souffre de telle allergie, il faut savoir réagir rapidement et efficacement. En effet, l’allergène peut provenir de la nourriture que vous donnez quotidiennement à votre chien. Avec le présent guide, apprenez à connaitre, prévenir et soigner les allergies alimentaires d’un chien.

Imaginez les perpétuelles souffrances physiques dont le chien est victime si vous ne savez pas que ce sont les nourritures que vous pensez pouvoir lui apporter du bien qui viennent créer les maux et les tourments. Parmi ces souffrances, citons entre autres les irritations nasales et l’écoulement, les démangeaisons, les lésions de la peau, les toux ou les diarrhées.
L’allergie se définit comme une hyper réaction du système immunitaire face à un agent extérieur appelé allergène. Le produit allergène se répand dans la nature. Il est présent dans les poussières, les acariens, les pollens, les produits alimentaires, les venins, etc. Mais humain comme animaux, chaque individu possède une degré de tolérance qui lui est propre. Ce qui fait qu’un produit qui rend allergique une personne ne l’est pas forcément pour une autre. D’ailleurs, l’allergie touche seulement une partie de la population. Pour ce qui concerne notre ami, le chien, le nombre de chiens atteints d’allergie alimentaire est estimé entre 7 et 12 %.
L’allergie canine d’origine alimentaire est donc provoquée par la réaction du système immunitaire face à une particule de nourriture. Elle est souvent due à l’intolérance à des protéines spécifiques. Les principaux responsables sont entre autres les viandes de bœufs, l’agneau, le poulet, les œufs, les produits laitiers, le soja et le blé. Il est à noter que l’allergie peut surgir de manière spontanée à n’importe quelle période de la vie du toutou. Ainsi, elle peut se manifester soit au moment où il mange pour la première fois le produit incriminé, soit après une certaine période de consommation régulière de celui-ci. Pour le deuxième cas, cela peut prendre des mois, voire des années.

L’allergie du chien se manifeste de diverses manières. Elle peut se présenter sous forme de rougeur, de démangeaison, de chute de poils. Le plus fréquent reste toutefois les problèmes digestifs divers tels que le vomissement, la diarrhée, les douleurs abdominales. D’après des observations cliniques, les signes les plus fréquents sont les prurits cutanés accompagnés de démangeaisons. Ce trouble de la peau est essentiellement observé derrières les oreilles, sur la face, les pattes, dans la région de l’aine et du bas ventre. L’otite externe est également un symptôme important de l’allergie alimentaire.
Sachez toutefois que l’allergie alimentaire n’est pas héréditaire. Mais la tendance à être allergique peut l’être. Explication : Si votre bel Yorkshire est allergique au lactose, ses descendants ne le seront pas forcément. Par contre, le risque qu’il développe la même allergie se trouve augmenté. Aucune étude n’a encore démontré qu’il y a des races de chien prédisposées génétiquement à l’allergie alimentaire. Toutefois, les chiens les plus fréquemment soignés en clinique vétérinaire sont le Golden Retriever, le Boxer et certains Terrier.

A l’apparition des symptômes décrits ci-dessus, vous pouvez formuler une thèse selon laquelle votre compagnon est allergique à quelque chose. Mais la possibilité est vaste, d’autant plus que les shampoings pour chien et la présence de parasites intestinaux peuvent également provoquer des réactions cutanées. Il en est de même pour les vomissements excessifs et les diarrhées qui peuvent être provoqués par une intoxication alimentaire. Cette dernière est un problème plus grave qui nécessite une intervention très rapide.
Pour identifier l’allergie et l’allergène responsable, il faut emmener le toutou chez le vétérinaire. Ce dernier va alors mettre en place le « régime d’éviction ». À titre de rappel, le régime d’éviction consiste à nourrir le chien uniquement avec des aliments hypoallergéniques et de l’eau fraiche ; eau de source de préférence. Le mieux, c’est d’écarter carrément les aliments qu’il a déjà mangé dans le passé, ainsi que les biscuits, pains, restes de table, vitamines et médicaments aromatisés. Ce régime complètement nouveau lui sera donné dans les deux mois (ou plus) qui vont suivre. Il sera interrompu une fois que son état s’améliore, c’est-à-dire lorsque qu’il ne présente plus de symptôme d’allergie alimentaire.
Après cela, il faut passer au « test de provocation ». Cela consiste à réintroduire dans l’alimentation de l’animal les produits alimentaires potentiellement allergènes (bœuf, lait, céréale, etc.) un par un. Cette pratique permet d’identifier l’aliment responsable de l’allergie.

Pendant le régime d’éviction, le chien est nourri avec un régime diététique complètement sain et bienfaiteur pour son organisme. Le plus répandu est la diète avec protéines hydrolysés. Cette diète a pour effet de rendre les protéines allergènes indétectable au système immunitaire. Mais il y a aussi, et surtout, le régime fait maison. Ce régime a le mérite de ne contenir que deux ingrédients, à savoir la patate que vous pouvez associer avec des lentilles, de la viande de cheval ou de poisson blanc. Si ces catégories de régime arrivent à rétablir la santé de votre toutou, elles constituent déjà pour lui un aliment hautement recommandé.
Ensuite, une fois que l’ingrédient responsable de l’allergie est identifié, le meilleur traitement consiste à supprimer définitivement et complètement celui-ci de l’alimentation de votre chien. Il se peut qu’au moment de crise, des traitements médicamenteux ont été administrés à l’animal. Il convient de souligner que ces médicaments (à base de cortisone dans la plupart des cas) ont pour rôle de soulager, d’apaiser les manifestations allergiques. Il est donc clair qu’elle n’immunise pas définitivement le chien. En d’autres termes, les antiallergiques soulagent l’allergie du moment, mais le sujet peut être de nouveau victime de l’allergie à chaque fois qu’il sera soumis de nouveau à l’allergène.

Offrir un régime alimentaire sain et équilibré contribue à offrir une bonne santé et un meilleur état de bien-être à votre chien. Mieux encore, cela permet d’éviter le risque de troubles provoqués par l’alimentation inadaptée.
La première chose à faire est de contrôler l’accès à la nourriture afin de ne donner à votre animal de compagnie que ce qu’il doit prendre. Il faut éviter à tout prix de donner à votre chien les restes de table. Par la même occasion, pensez à mettre hors de leur portée les restes de table ainsi que les poubelles contenant des produits que le chien peut ingérer. Demandez à vos enfants de ne jamais offrir aux chiens une part de ce qu’ils mangent (chips, burgers, bonbons, etc.).
La deuxième chose à faire est de choisir les bonnes croquettes pour votre chien. Pour cela, il faut bien choisir la gamme de croquettes que vous allez acheter. Pour cela, il est d’une importance capitale de lire attentivement les indications sur les ingrédients présents et les types de nutriments (glucides, protéines, matières grasses, etc.) ainsi que leur origine (animale, végétale). L’objectif est d’écarter tout composant qui peut provoquer l’allergie.