Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

Santé chien : Maladies de l’appareil locomoteur

L’appareil locomoteur concerne les fonctions de mouvements assurées par les muscles, les squelettes, les articulations et le système nerveux du chien. Le bon fonctionnement de cet appareil assure un déplacement sans problème de l’animal. La difficulté consiste au dépistage précoce des signes indiquant des troubles neurologiques, héréditaires, musculaires et orthopédiques de l’animal. En effet, cet appareil possède la même structure chez toutes les espèces canines : les os, les muscles et les articulations. Les ligaments relient les os entre eux, tandis que les tendons relient les muscles aux os. Décryptage des maladies de l’appareil locomoteur d’un chien.

Nombreuses sont les problèmes articulatoires dont le cause est parfois héréditaire ou causée par une maladie ou une mauvaise nutrition. La liste ici ne traite que les pathologies les plus fréquents.

  • la dysplasie :
    La dysplasie de la hanche est une pathologie courante chez les chiens de grande race (les retrievers, les Staffordshire terriers, le bull-mastiff etc.). Cette maladie atteint également les animaux de petite taille qui font des exercices brutaux pouvant causer le traumatisme de leur articulation. La hanche de l’animal se développée d’une façon anormale, ce qui conduit à son articulation instable et à sa démarche bizarre. L’alimentation inappropriée avec la nourriture canine prête à l’emploi achetée dans les grandes surfaces favorise l’apparition de cette maladie. Notons qu’une diète de bonne qualité, composée de minéraux et indispensable pour le développement d’un chien de grande ou de moyenne taille. La détection précoce de la dysplasie est difficile. Seule la radiographie permet d’avoir un diagnostic sûr. Soulignons que cette maladie entraîne l’arthrose. Le vétérinaire prescrit soit l’administration d’anti-inflammatoire soit l’intervention chirurgicale selon l’état de la maladie du chien (prothèse de hanche, la résection de la tête et du col de fémur…).
  • l’arthrose :
    Cette affection peut toucher n’importe quel chien, peu importe son âge. Mais elle touche beaucoup plus le cartilage et l’os des chiens vieillissants. Le cartilage des articulations qui recouvre les os se détruit progressivement. Un tisse anormal se forme alors au niveau de l’articulation. Cette affection est douloureuse et le chien peut avoir du mal à se déplacer si elle n’est pas soignée. Celle-ci touche essentiellement les coudes, les hanches, ou les genoux de l’animal. La boiterie et le refus des moindres exercices physiques caractérisent cette maladie. Les signaux d’alarmes deviennent plus graves pendant l’hiver ou après un effort éprouvant. Arrivée à son stade final, cette maladie se traduit par l’ankylose. Les articulations sont alors bloquées. Le radio permet de déceler l’arthrose. Le vétérinaire peut proposer un traitement anti-inflammatoire ou des protections pour le cartilage des articulations. Dans tous les cas, l’activité physique doit être réduite afin de permettre à l’animal de reprendre ses forces.
  • L’arthrite :
    Cette maladie se traduit par une inflammation chronique ou aigüe d’une articulation. Le gonflement de l’articulation peut être dû à une infection, un cancer ou d’une accumulation de phosphate de calcium dans l’articulation. La nécrose aseptique de la tête de fémur entraîne également l’arthrite. Les médicaments anti-inflammatoires ou le traitement chirurgical soulagent cette infection d’origine immunologique.
  • La luxation de la rotule :
    Ce problème est assez courant chez les espèces canines. Il peut rendre invalide un chien. La maladie se traduit par la boiterie d’une patte arrière. Les petits chiens comme les caniches, yorkshire etc sont les plus sensibles à cette trouble. Elle peut être causée par un traumatisme à la suite d’un accident quand la petite boule de poil court à perdre haleine pout s’arrête brusquement. Mais elle est causée également par des anomalies de la direction des jambes et des os des cuisses. Le vétérinaire peut remarquer cette luxation par simple auscultation. Il prescrit soit un repos pendant un certain temps pour que la rotule se remette d’elle-même. Mais il arrive également que l’os mobile ne se stabilise pas, dans ce cas une intervention chirurgicale est indispensable. Le chien ne doit pas sauter et faire des exercices pendant quelques semaines après l’opération.
  • Le trouble de l’équilibre :
    Ce problème a un rapport avec un ennui de l’oreille interne ou du tronc du cerveau. L’animal peut avoir une démarche inhabituelle, tourne en rond, vomit ou tombe d’un seul coup. Les symptômes diffèrent de la gravité de la maladie. Le chien peut remuer incessamment ses yeux à droite et à gauche, sa face ou ses pattes pourront être paralysées, et il penche toujours la tête. La coordination de la tête et du corps est au très mal en point. La perte d’équilibre peut être causée par la maladie de Carré, une intoxication, un traumatisme de crâne, ou une inflammation interne (otite, …). Elle est plus fréquente chez les chiens âgés. Notons que l’AVC est une maladie rare chez les chiens. Si l’animal montre les signes cités ci-dessus, il se peut qu’il souffre d’un problème d’équilibre. Le vétérinaire peut proposer un examen de conduit auditif, un IRM. Ou il peut prendre le sang de l’animal pour savoir les sources du dysfonctionnement.
  • Les lésions tumorales :
    Cette perturbation apportée par une tumeur ou à une plaie ou à une contusion touchent les os. Le plus connu des maladies tumorales est l’ostéosarcome. Celle-ci évolue lentement et peut finir par la paralysie ou la paraplégie. Les symptômes sont le suivant : le chien a une posture anormale et il boite. Ses muscles sont faibles et les parties du corps de l’animal atteintes présentent des enflures, des œdèmes, d’une atrophie des muscles et de déviation de membres. Le scanner et la radiographie servent à repérer l’état de la tumeur. Le vétérinaire peut faire également une ponction du liquide de l’articulation atteinte pour avoir une idée nette de traitement à prescrire.
  • -la rupture de ligaments croisés :
    Enfin, la dernière maladie qui n’est pas la moindre. Cette trouble peut apparaître chez les grands chiens, ceux en surpoids et chez les chiens peu musclés. La boiterie est le principal signe de cette rupture. Et des fois, la patte de l’animal ne touche plus la terre. L’animal peut se remettre au bout de quelques temps mais durant ce laps de temps, l’arthrose pourrait s’installer dans l’articulation. La chirurgie telle que la coupe dans le tibia, ou la transposition de la protubérance tibiale… Après l’intervention chirurgicale, l’animal ne doit pas bouger et faire des exercices afin de permettre une cicatrisation rapide. La période de repos est au moins un mois. Si l’animal veut sortir, on le tient par sa laisse. Les chiens en surpoids doivent également être mis au régime pour diminuer le poids sur l’articulation.

Nombreuses sont les ennuis de l’appareil locomoteur d’un chien. La plupart des maladies ont des symptômes pour la boiterie ou une démarche inconstante. Quand un propriétaire remarque que son fidèle compagnon commence à avoir de difficulté à se tenir debout ou à marcher, le recours à un vétérinaire est à conseiller. Ce professionnel peut détecter l’origine de trouble et indiquer les soins correspondants. Dans les cas moins graves, l’administration de médicaments anti inflammatoires suffit mais dans des cas plus sérieux, il faut en venir à la chirurgie. Vu le coût d’une hospitalisation en clinique animal ainsi que le traitement prodigué, la souscription à une mutuelle animale est toujours un bon plan. Cela permet de se faire rembourser de ses dépenses engagées pendant la maladie du chien.