Le comparateur de mutuelles assurances pour chien et chat vous fournit les informations nécessaires pour protéger votre animal

La Parodontose




La parodontose ou maladie parodontale est la maladie infectieuse la plus répandue chez les animaux de compagnie comme les chiens. Le taux de prévalence est de près de 80%. Elle est beaucoup plus fréquente chez les petits animaux. C’est une infection généralisée de la bouche et elle se reconnaît facilement par une mauvaise haleine tenace. En effet, c’est une affection grave dans la mesure où elle atteint à la fois les dents, l’os alvéolaire, les gencives et la couronne dentaire.

La parodontose est difficilement détectable par un maître plutôt inattentif. Ainsi, elle peut finir par faire des dégâts jusqu’à la perte des dents du chien touché. Toutefois, il est prouvé que 85% des chiens âgés de plus de 4 ans souffrent d’une parodontite. Seulement, l’apparition de la maladie dépend essentiellement de leur hygiène bucco-dentaire. La maladie est fortement influencée par la nourriture, la présence éventuelle d’autres maladies et les soins dentaires reçus. Toutes les races peuvent l’attraper. Les restes coincés entre les dents, le tartre et la plaque dentaire sont par conséquent à l’origine de l’inflammation des gencives, des saignements et du déchaussement des dents. Au début, il n’y a que la gencive qui est atteinte par les mauvaises bactéries et les débris alimentaires. En conséquence, elle devient rouge et peut saigner. C’est la gingivite. Si la maladie progresse, la tarte et la plaque dentaire s’implantent entre la gencive et la dent. Puis, la gencive se décolle et les bactéries vont s’enfoncer près de la racine. Les dents vont commencer à bouger, puis à tomber. À ce stade, la maladie est irréversible et aucun traitement ne pourra guérir l’animal.

Quelques facteurs prédisposent le chien à développer la maladie. Il s’agit surtout d’un environnement buccal inadéquat avec des débris alimentaires, le tartre et la plaque dentaire. Il y a aussi la présence de mauvaises bactéries due à l’absence de bonnes bactéries pour contrer les mauvaises. Il se peut que ce soit dû à la faiblesse du chien ou de son âge. Certaines petites races de chien sont prédisposées à la maladie parodontale. Il s’agit notamment du caniche, du Yorkshire-terrier et des différents bichons. La consommation d’aliments humides favorise l’apparition de la maladie. La parodontite peut être inactive, quand il n’y a pas de signes d’inflammation gingivale. Elle devient active s’il y a une destruction tissulaire en cours. Les bactéries peuvent atteindre la circulation sanguine et se disséminer dans l’organisme de l’animal. Cela peut engendrer des abcès dentaires ou la fracture de la mâchoire.

Le signe le plus visible de la maladie parodontale chez le chien est avant tout une très mauvaise haleine, voire nauséabonde. C’est surtout dû à l’accumulation du tartre. Ensuite, il y a les difficultés pour mâcher et avaler la nourriture. Il se peut même que le chien refuse de manger. Ensuite, les saignements de la gencive apparaissent. Finalement, cela se termine par la perte de dents. Il est facile de reconnaître un chien atteint par la maladie. Quand il se tient assis, ses pattes arrière sont un peu trop écartées, son ventre posé contre le sol et le dos est voûté. Ses gencives sont rouges, au lieu d’être roses. Les dents deviennent mobiles, et elles tombent, après des épisodes de saignements.

Les méthodes de traitement adéquates pour prévenir et guérir la parodontose diffèrent selon la gravité de la maladie. Seulement, il n’y a que le vétérinaire qui soit capable d’identifier le traitement à appliquer. Pour les soins, il faut commencer par un détartrage chez le vétérinaire, de façon périodique. Les dents infectées peuvent être extraites, si nécessaire. Un traitement antibiotique permettra d’assainir la gueule du chien. En fonction de la maladie, des critères d’évaluation clinique sont à faire. Il s’agit de connaître la profondeur des poches et la perte d’attache ligamentaire. Ensuite, il y a la recherche des furcations inter-radiculaires. Enfin, c’est la recherche de l’hypermobilité dentaire. Le traitement de la maladie est entrepris par le vétérinaire en même temps que le détartrage.

Normalement, le traitement comprend un acte chirurgical, un traitement médical et un traitement hygiénique. Un traitement parodontal comporte 5 étapes classiques. Il s’agit de la thérapeutique initiale, le traitement fonctionnel, le traitement chirurgical, la stabilisation des dents mobiles et la maintenance.

 La thérapeutique initiale est le premier geste face à une parodontose. Il s’agit du détartrage des dents, du curetage des poches et du polissage des surfaces dentaires et radiculaires exposées.
 Le traitement fonctionnel consiste à identifier la présence d’un trauma occlusal en regard de la lésion et la corriger. Cela se passe en face des zones de parodontite très localisées, d’un seul côté ou affectant un groupe de dents. Ce genre de trauma se passe surtout chez les jeunes chiens. Il est éliminé par la chirurgie. En effet, celle-ci permet de diminuer ou de supprimer certaines forces et de modifier l’évolution d’une malocclusion dentaire. C’est une pathologie se traduisant par une inadéquation des dents ou des mâchoires entre elles.
 Le traitement chirurgical concerne surtout la phase initiale de la gingivectomie. Elle consiste en une intervention chirurgicale pour retirer le surplus de gencives atteintes afin d’éliminer les poches responsables de la maladie parodontale récidivante. Il se peut aussi qu’il s’agisse d’enlever l’excès de gencive lors de la gingivite. L’incision est réalisée au bistouri électrique. Les bribes de gencive encore attachées sont retirées à a curette.
 Pour la stabilisation des dents mobiles, elle s’effectue par collage et la mise en place d’attelles, gouttière en résine ou verre ionomère. Ce n’est qu’une solution provisoire pour éviter une chute prématurée d’incisives pour les chiens de petites races. En effet, elle ne contribue en rien à la restauration des tissus manquants. Seulement, la stabilité qu’elle entraîne va favoriser la pratique de l’hygiène par le propriétaire.

La maintenance est la dernière étape d’un traitement parodontal. Elle est essentielle pour garantir le succès de tout le traitement. Elle consiste en l’application rigoureuse de mesures d’hygiène par le propriétaire et d’une surveillance clinique par le vétérinaire. La maintenance par le propriétaire se base surtout sur le brossage manuel des dents tous les 2 jours. Il s’agit aussi de l’application de gels dentaires et/ou parodontaux, la distribution de lamelles à mâcher, de croquettes détartrantes. Tout cela ne vise qu’à ralentir l’apparition de plaque.

La maintenance fait partie d’un traitement hygiénique. Elle inclut également une bonne adaptation de l’alimentation de l’animal. Le traitement médical est à la charge du propriétaire. Il s’agit d’un traitement à court terme consistant en une cure d’antibiotiques de 15 jours. Pour le long terme, il peut s’agir éventuellement de cures d’antibiotiques.

Les lésions de la maladie parodontale sont irréversibles, il est donc primordial de prévenir l’apparition de cette affection. Laprévention peut se réaliser de différentes manières. Il y a le brossage des dents avec du dentifrice. Différents produits sont également à utiliser, comme les comprimés à croquer, de la poudre à mettre dans les croquettes ou du liquide à mélanger à l’eau de boisson. Elle peut aussi se faire par l’alimentation en distribuant au chien des croquettes spécifiques pouvant freiner le dépôt de la plaque dentaire.